Les Annexes d'Histoire et Secrets - Actualité
Vous êtes ici :   Accueil » Actualité
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Histoire et Détente
Partenaires

Historia.png

Contact
Ecrire à AnaisGeeraert AnaisGeeraert
Version texte  Version texte
Visites

 1922655 visiteurs

 61 visiteurs en ligne

Actualité


Les héros français du jour J - par AnaisGeeraert le 30/05/2019 @ 10:41

Découvrez le dernier numéro du magazine Historia, consacré aux héros français oubliés du jour J. Un hommage à ces hommes et ces femmes, restés dans l'ombre de l'Histoire : 

historia_heros_francais_jour_j.jpg

Du débarquement du 6 juin 1944, l'Histoire a retenu le sacrifice des soldats américains, canadiens et britanniques, sur les plages de Normandie. C'est oublier que d'autres nationalités, dont des français, se sont activer, dans l'ombre, pour que l'opération du jour J puisse réussir. Ces oubliés courageux  sont marins, parachutistes, aviateurs ou résistants et n'ont pas hésité à risquer leur vie pour libérer la France.

Les lourdes pertes humaines lors du débarquement témoignent de la difficulté pour les alliés à progresser, face à l'ennemi. En France, l'objectif est de ralentir l'arrivée des renforts allemands sur les côtes Normandes. En vue du jour J, des commandos spéciaux sont parachutés de nuit pour semer la confusion chez l'ennemi. Leur devise en dit long sur leur mission : "Surprend, tue, disparais". Découvrez ces hommes de l'ombre, oubliés de l'Histoire et qui, pourtant, méritent d'être honorés pour leur courage et leur détermination à servir leur patrie.

Les résistants eux aussi font tout pour freiner l'avancée des troupes allemandes vers les plages. Bien que peu armés, les réseaux s'organisent : sabotage des câbles téléphoniques, explosion sur les lignes de chemin de fer, arbres en travers des routes… la résistance met tout en œuvre pour aider les alliés et en finir avec l'oppression nazie. Ces actes courageux, ponctués de sacrifices, ont contribué au succès du débarquement.

Parmi ces anonymes qui s'activent dans l'ombre, il y a des femmes, les grandes oubliées - comme souvent - du jour J. Elles se sont vues confier des missions de renseignements, intègrent les services secrets.  Au péril de leurs vie, elles transportent des faux papiers, des armes. Certaines se sont engagées sur le terrain pour venger un frère ou un époux tué au front. Lorsqu'elles tombent aux mains de l'ennemi, celui-ci  ne se montre pas plus clément parce qu'elles sont femmes : beaucoup sont torturées physiquement et psychologiquement, déportées, condamnées à mort. Certaines survivront miraculeusement à l'enfer de la guerre, échangées contre des prisonniers ennemis ou libérées par les alliés. Leur engagement pour la France mérite d'être souligné, à travers plusieurs destins présentés dans ce numéro.

Débarqué en France le 14 juin 1944, le général de Gaulle est considéré un héros à la Libération. Si le but qu'il s'est fixé quatre ans plus tôt semble être atteint, il n'en est rien : désormais, l'objectif de Charles de Gaulle, c'est d'incarner le pouvoir légitime d'une France indépendante et de ne surtout pas laisser aux alliés l'occasion d'intervenir dans la politique de notre pays. Le général déploie alors son "commando politique" : de fidèles gaullistes dévoués à leur chef, qui vont jeter les bases de l'avenir. Faites connaissance avec ces hommes qui ont travaillé  pour relever la France et la préserver des revendications des alliés, à un moment où les rapports du général de Gaulle avec Churchill et Roosevelt s'étaient considérablement dégradés.

A l'occasion du 75e anniversaire du débarquement, découvrez les destinées de ces français, souvent restés anonymes, qui ont contribué, de près ou de loin, au succès du jour J.


Historia : Numéro anniversaire spécial 110 ans - par AnaisGeeraert le 01/05/2019 @ 11:40

Cette année, le magazine Historia fête ses 110 ans. C'est l'occasion de nous replonger dans l'histoire de ce magazine, d'abord bimensuel, créé en 1909 par Jules Tallandier.

Historia_110ans.jpg

Depuis sa création en 1909, celui qui était d'abord appelé le "lisez-moi historique" fait revivre la petite et la grande Histoire, à travers des thèmes variés, touchant souvent à notre actualité. En témoigne récemment le numéro consacré à Toutankhamon, ramené sur le devant de la scène grâce à l'exposition qui se tient en ce moment à Paris. Le mois dernier, Historia établissait des parallèles entre la chute de la République Romaine et le mécontentement actuel des français envers le gouvernement (mouvement des "gilets jaunes").

Au fil du temps, le magazine Historia a dû s'adapter aux demandes des lecteurs, à l'évolution des supports avec l'arrivée d'internet : le "Lisez-moi historique" devient "Historia" en 1955, les pages du magazine se colorent, les photographies remplacent les gravures des premiers numéros.

Ni les deux Guerres Mondiales, ni les deuils au sein de la famille Tallandier n'auront raison du magazine. En 1967, Historia évolue, se concentre sur de grandes thématiques, et fait appel aux plumes les plus célèbres de leur temps.

Ce numéro anniversaire rend hommage à ses historiens ou passionnés d'histoire, qui ont participé à la rédaction des numéros d'Historia. Retrouvez une sélection d'articles, publiés entre 1909 et 2018, rédigés par Ernest Levisse, Alain Decaux, André Castelot, Edgar Faure, Jean d'Ormesson, Gonzagues Saint Bris ou Catherine Salles….

Redécouvrez, à travers une trentaine d'articles, les mystères de Pompéi, les secrets des Templiers,  les grandes batailles Napoléoniennes, la légende de Kennedy….mais aussi des portraits de personnages ayant eu un impact sur le cours de l'histoire : Louis XIV, Richelieu, De Gaulle, Hitler ou  encore Mussolini…Retrouvez vite ce mensuel collector qui fait sortir des archives des trésors enfouis dans un millier de numéros d'Historia

Bon anniversaire à un magazine tourné vers l'avenir, tout en relatant le passé, qui a déjà passionné plusieurs générations de lecteurs ! 


Games of Thrones : la série événement à la lumière de l'Histoire - par AnaisGeeraert le 14/04/2019 @ 10:26

A l'occasion de la diffusion de l'ultime saison de Game of Thrones, le magazine Historia sort un numéro hors-série, afin de vous livrer les clefs historiques d'une série qui fait vibrer les téléspectateurs depuis huit ans.

Games_of_Thrones.jpg

La saga Game of Thrones rassemble tous les ingrédients pour captiver : complots, alliances, trahisons, retournements de situation brutaux et inattendus (qui n'a pas été choqué lors de la diffusion de la saison 3 avec la scène des "noces pourpres" ?). Mais derrière tout cela, il y' a l'Histoire ; car Game of Thrones est souvent le reflet d'événements qui se sont réellement déroulés au cours du Moyen Age.

En effet, la lutte pour le pouvoir  a alimenté de nombreuses guerres entre peuples, voire entre deux branches d'une même famille. A l'écran, les conflits qui opposent les Lannister et les Stark sont librement inspirés de la "guerre des Deux-Roses", qui divise l'Angleterre au XVe siècle avec la maison des Lancastre d'un côté, et des York de l'autre. Ce conflit nous plonge dans un univers impitoyable où tous les coups sont permis, jusqu'à l'assassinat pour écarter ses ennemis du trône.

L'Histoire de France est également source d'inspiration pour George R.R. Martin (auteur du "trône de fer" adapté à l'écran sous le nom de "Game of Thrones"). L'écrivain a puisé dans l'œuvre de Maurice Druon, "Les Rois Maudits" pour les thèmes et figures emblématiques de sa propre saga : dans les deux intrigues, les femmes tiennent un rôle prépondérant, déstabilisant les équilibres mis en place, remettant en cause les alliances concluent. 

Les héroïnes de Game of Thrones rendent hommage à ces femmes de l'époque Médiévale, ambitieuses et courageuses, qui ont eu l'audace de se dresser face aux hommes, intriguant pour prendre le pouvoir...parfois au prix de leur vie. 

La saga intègre des éléments fantastiques, avec des créatures magiques. Celles-ci s'inspirent des mythes du Moyen Age, qui évoquent notamment des dragons. Si ces animaux sont présents dans l'imaginaire en Europe, ils occupent une place très importante en Chine, où ils sont associés à la force et au pouvoir, qu'ils transmettent à l'Empereur. Rien d'étonnant, donc, à ce qu'on retrouve ces créatures aux côtés des héros de la saga.

Games of Thrones, c'est aussi des scènes de combats spectaculaires, inspirées par de célèbres et sanglantes batailles, souvent décisives, à l'image de celle livrée à Bosworth, en 1485 : un tournant dans la "guerre des Deux-Roses", le roi Richard III étant tué sur le champ de bataille. Les combats maritimes, eux, se réfèrent à l'Age d'or des Viking :  ces scandinaves intrépides, navigateurs expérimentés, au sein desquels on trouve des femmes, véritables guerrières…comme en témoignent des sépultures récemment mises à jour.

Avant de découvrir quel sort réserve l'ultime saison de Games of Thrones aux principaux protagonistes, décryptez la saga à la lumière de l'Histoire, et regardez celle-ci sous un autre angle.

Articles associés :

- La guerre des Deux-Roses : les Lancastre contre les York

- Marguerite de Bourgogne : entre dynastie maudite et guerre de Cent Ans 

- La loi salique : les femmes écartées de la succession au trône 

- Jean Ier : un règne de quatre jours


Rome : les dernières heures de la République - par AnaisGeeraert le 06/04/2019 @ 10:07

Ce mois-ci, le magazine Historia revient sur l'effondrement de la République de Rome. L'occasion de faire un parallèle avec les événements actuels qui secouent la France. 

Historia_Rome_Republique.jpg

Le régime républicain est fragile. Aujourd'hui, la France est confrontée a une montée de la violence - à laquelle on assiste souvent à la fin des manifestations, lorsqu'elles dégénèrent - dans les grandes villes, et plus particulièrement à Paris. Cette violence est banalisée et, alors que l'on s'insurgeait au cours des premières semaines lorsque des commerces étaient vandalisés, ce fait semble aujourd'hui « normal ». Mais au-delà des biens matériels, des vies humaines deviennent la cible de la colère qui gronde : incendies, menaces de mort envers des politiciens ou des philosophes… Ceux qui se disent héritiers des Révolutionnaires de 1789 savent-ils vraiment où ils vont ? 

Au Ier siècle avant notre ère, la République romaine, vieille de cinq siècles – et que l'on pensait établie pour de bon – s'écroule. L'assassinat de Jules César devait « sauver » la République d'une monarchie que le dictateur voulait imposer. La mort du « tyran » devait être un meurtre « vertueux » pour sauvegarder les libertés du peuple. Mais la disparition de César plonge Rome dans le chaos : ses assassins sont châtiés, on se dispute son héritage. Les institutions sont fragilisées à cause d'un système sclérosé, et, tandis que le mécontentement des classes moyennes augmente, les complots  se multiplient. Le Sénat est corrompu, tout le monde manipule pour tirer son épingle du jeu. La fin de la République est marquée par des guerres civiles où verser le sang est monnaie courante. Le calme ne s’installe qu'avec l'Empire d'Auguste...moins de vingt ans après le meurtre de César, la République de Rome n'est plus. 

Plongez au cœur d'une période trouble, à la découverte du fonctionnement des institutions politiques de Rome et de leurs failles. Revivez les moments clefs qui ont mené, en seulement quelques années, à un changement radical de régime, pour retrouver la paix en lui sacrifiant les libertés du peuple. 

Si la République romaine a pu s'effondrer, quelle garantie avons-nous sur la longévité de la nôtre, qui n'a que 230 années d'existence (et ce, entrecoupée de deux Empires !) ? A travers des similitudes troublantes, à deux périodes distinctes, comment ne pas s'interroger sur l'avenir de la démocratie en France ? 


Des Animaux et des Hommes : de la Préhistoire à nos jours - par AnaisGeeraert le 30/03/2019 @ 17:46

Ce mois-ci, le magazine Historia consacre un numéro spécial à la place des animaux dans notre société, de la Préhistoire à aujourd'hui. Leur histoire évolue avec les mentalités et les besoins des hommes, pour le meilleur...ou pour le pire. 

historia_animaux.jpg

L'animal est d'abord est domestiqué pour son utilité, à l'exemple du cheval, que l'on croise souvent dans les champs au Moyen-Age, aux côtés du bœuf. Il devient ensuite un moyen de locomotion, et on trouve quantité de chevaux dans les villes jusqu'au à la fin du XIXe siècle.  La vache fournit également une force de travail aux paysans, mais également de la viande et du lait. Les poules sont bientôt rejointes par la dinde, venue d'Amérique au XIVe siècle. 

Parmi les animaux de compagnie, on loue le chien pour sa fidélité et son courage, des qualités qui en font un  « serviteur » idéal : gardien de la maison ou du troupeau du berger, le canidé sert également dans l'artisanat comme force motrice, actionnant des outils ou tractant une petite charrette. Durant la Grande Guerre, le chien sera même mis à contribution en tant qu' « infirmier canin » de la Croix-Rouge…  

L'histoire du chat, aujourd'hui compagnon favori de l'homme, n'est pas des plus tendres : adoré sous l'Antiquité égyptienne, le chat est associé au diable à l'époque médiévale et côtoie régulièrement les bûchers...avant de regagner le coeur et la confiance des hommes, en partie grâce à ses qualités de chasseur des petits rongeurs. 

Si les rapaces sont utilisés par la haute société lors de chasses ou autres divertissements, les pigeons  sont dressés pour porter des messages lors des conflits armés. Aujourd'hui, si les colombophiles sont nombreux, la surpopulation des pigerons en milieux urbain est devenue source de nuisance...

Les animaux sont souvent représentés sur les blasons et armoiries de la noblesse. Parmi eux, on trouve ceux qui inspirent la peur, le respect et qui n'ont pas de prédateurs à l'état sauvage : le lion, le léopard et l'ours sont en bonne place. Pourtant, ce sont ces mêmes animaux, craints et réputés puissants, qui sont tournés en ridicule dans les ménageries royales ou les rues, aux détours desquelles les «montreurs d'ours» se multiplient au Moyen Age. 

 Des légendes noires tenaces sont associées à certains animaux, attirant sur eux la méfiance des hommes : la mauvaise réputation du chat noir « porte-malheur » lui colle toujours à la peau, de même que celle du loup, terreur de la montagne et des bergers, derrière qui se cache peut être la « bête du Gévaudan »…

Aujourd'hui, les grands animaux sauvages – éléphants, rhinocéros, fauves – sont traqués par les braconniers en raison de trafics qui s’intensifient  (ivoire, trophées de chasses, fourrures…). Certaines espèces sont ainsi menacées d’extinction, mobilisant des associations afin d'éviter leur disparition. 

L'histoire des hommes et celle des animaux étant étroitement liée, il n 'y a rien d'étonnant à ce que des auteurs, à l'exemple de Jean de La Fontaine, aient mis en scène des animaux dotés de la parole, pour évoquer la vanité, la fourberie ou l 'hypocrisie de l'espèce humaine ! 

Découvrez l'histoire passionnante - et émouvante - de ces animaux que les hommes côtoient de près ou de loin, et qui pose la question du statut de l'animal, passé de « bien meuble » dans le Code civil à « être doué de sensibilité » en 2015.  


Toutankhamon : cet inconnu - par AnaisGeeraert le 27/02/2019 @ 15:58

A l'occasion de l'exposition  sur le "Trésor de Toutankhamon" qui débutera à Paris le 23 mars, le magazine Historia consacre son nouveau mensuel à ce pharaon méconnu.

Historia_Toutankhamon.jpg

Oublié de l'Histoire jusqu'à la découverte de son tombeau en 1922 par Howard Carter, Toutankhamon est aujourd'hui le pharaon le plus célèbre, grâce au fabuleux trésor découvert dans son tombeau, épargné par les pilleurs de tombes.

Ce tombeau atypique est un premier mystère : en effet il n'est pas agencé comme les autres tombeaux des pharaons et reste de taille modeste. Des indices laissés sur les murs tendent à montrer que le tombeau de Toutankhamon a été fait dans la précipitation. Este-ce en raison du décès soudain du pharaon, à l'âge de 20 ans ? Pour certains historiens, Toutankhamon aurait été inhumé dans un tombeau qui ne devait pas être le sien. Peut-être est-ce celui de Néfertiti, laquelle reposerait encore derrière une paroi… Les objets retrouvés dans le tombeau nous révèlent également bien des secrets sur les us et coutumes de l'époque pharaonique. Certains d'entre eux, visibles lors de l'exposition, n'étaient, à priori, pas destinés au tombeau  de Toutankhamon…

Qu'est-il arrivé au jeune pharaon, décédé jeune après dix ans de règne ?  Les premières constatations suggèrent une mort violente. Un assassinat ? Il n'en faut pas d'avantage pour déchaîner les foules. Il est vrai que le règne de Toutankhamon intervient après celui, fort critiqué, d'Akhenaton. A-t-on voulu faire disparaître ce jeune prince ? Est-ce en raison du culte qu'il voua - un temps - au Dieu Aton que son nom fut effacé des tablettes ?  De nouvelles analyses, effectuées en 2005, mettent à mal la théorie de l'assassinat. Découvrez comment la science a mis en évidence les très probables causes de la mort de Toutankhamon. Si les ornements recouverts d'or semblent donner au jeune pharaon une grandeur surhumaine, les analyses démontrent que Toutankhamon souffre d'une déformation et de maladies, peut-être dues à la consanguinité…

Car que sait-on des parents de Toutankhamon ? Retrouver la famille d'un pharaon resté dans l'ombre de l'Histoire n'est pas chose aisée. Les textes de l'époque sèment la confusion et il faut attendre des analyses ADN pour confirmer que Toutankhamon est le fils d'Akhenaton. Mais quand est-il de sa mère ? Est-ce la célèbre Néfertiti ? Mérytaton, fille aînée d'Akhenaton ? Ou encore une sœur de celui-ci demeurée inconnue à ce jour ? Menez l'enquête dans la généalogie passionnante des pharaons où il est monnaie courante d'épouser une cousine, une sœur ou sa propre fille !

Remontez le temps et faites connaissance avec un pharaon au règne court, dont l'Histoire renaît avec la découverte de son tombeau et de son fabuleux trésor, célèbre pour la "malédiction" qu'il apporta à l'équipe d'Howard Carter… 


Les Juifs et la France : l'histoire tourmentée d'une passion - par AnaisGeeraert le 16/02/2019 @ 09:13

Ce mois-ci, le magazine Historia consacre son mensuel à l'Histoire qui lie les Juifs à la France, de 1789 à nos jours. 

Si la communauté juive a été la cible de persécutions au Moyen Age ou durant la Seconde Guerre, les actes antisémites à son égard se sont pourtant multipliés au cours de ces dernières années. 

Historia_JuifsFrance.jpg

Longtemps stigmatisés, victimes de persécutions, les Juifs sont même soumis à une taxe  - comme les animaux – pour pouvoir traverser certaines villes jusqu'en 1784 ! Avec la Révolution de 1789, la France se pose la question de l'intégration des Juifs au sein de la nation. Leur accession à la citoyenneté, en 1791, marque la première étape de l'alliance entre la communauté israélite et la France. Avec les changements de régime, ni Napoléon Ier, ni Louis XVIII ne revinrent sur le statut des juifs, acquis sous la Révolution. 

Depuis, la communauté juive s'est profondément impliquée dans les institutions républicaines, mettant les connaissances de ses membres au service de la nation française : découvrez l'histoire de la dynastie des Rothschild, à qui profite la Révolution industrielle sous Louis-Philippe Ier. D'autres noms  restés célèbres émergent de la  communauté israélite, à l'exemple de  Léon Blum, premier Juif  à la tête du gouvernement en 1936, de René Cassin, l'un des auteurs de la Déclaration universelle des droits de l'Homme (1948) ou André Citroën, fondateur de l'empire industriel mondialement connu...des personnalités qui ont marqué l'Histoire de leur empreinte. 

Les Juifs apportent également beaucoup à la France sur le plan médical. Découvrez les avancées scientifiques sur la génétique et la gynécologie que l'on doit à  Pierre Simon, François Jacob et  René Frydman, qui, après la Seconde Guerre Mondiale, ont décidé de mettre leur savoir au service de leur « terre d'adoption ». 

En dépit de l'implication des Juifs en France, ceux-ci vivent parfois des heures sombres : l'Affaire Dreyfus divise la France pendant plus de dix ans (1894-1906), autour de la (non) culpabilité du capitaine Alfred Dreyfus, de confession juive…

Comment ne pas évoquer le calvaire des Juifs durant la Seconde Guerre Mondiale ? Si beaucoup perdirent la vie, nombreux ce sont qui s'étaient engagés dans la Résistance, révélateur de leur patriotisme : intégrés en France depuis parfois plusieurs générations, les Juifs sont pleinement chez eux et veulent défendre leur patrie contre l'ennemi. Faites connaissance avec quelques figures de la résistance juive telles que Marc Bloch, Pierre Dac ou Simone Veil… 

En 1995, le président Jacques Chirac reconnaît « les fautes commises par l'Etat » français dans la rafle du Vel'd'hiv de 1942, rétablissant ainsi le « lien sacré » entre Juifs et la République française.  Après les attentats de 2015, les juifs marchent aux côtés des musulmans et des chrétiens, afin de montrer l'unité du pays. Après de telles actions symboliques, qui mettent en évidence l'intégration des Juifs, citoyens français à part entière, comment ne pas s'indigner devant la montée des actes antisémites, qui ont augmenté de 74 % en 2018 ? 

Plongez dans l'Histoire tourmentée des Juifs en France, depuis leur arrivée au Ier siècle dans le Languedoc, jusqu'à aujourd'hui, qui met en évidence les valeurs qui unissent leur communauté à la République française. 


Mythes et légendes du Moyen Age - par AnaisGeeraert le 08/02/2019 @ 11:15

Le magazine Historia consacre un numéro spécial aux mythes et légendes du Moyen Age, à travers des récits enchanteurs de l'époque médiévale.

Découvrez comment le genre littéraire "fantasy" inspire les auteurs depuis le Haut Moyen Age jusqu'à nos jours. Force est de constater qu'à travers leurs écrits, les mêmes thématiques reviennent : bienvenue dans un monde où coexistent des rois puissants, des chevaliers valeureux, des magiciens protecteurs (ou pas) et des créatures fantastiques telles que les dragons ou les sirènes.

Historia_mythes_legendes.jpg

La légende s'est souvent emparée des écrits populaires, pour en faire des mythes ayant forcément un rapport avec l'Histoire. Ainsi, le roi Arthur serait un chef de guerre aux origines bretonnes. Aujourd'hui, il incarne à lui seul la chevalerie avec ses légendaires "chevaliers de la table ronde" et des valeurs fondamentales telles que l'honneur, le courage, le sacrifice de soi…

A travers les écrits légendaires, le monde est idéalisé, afin de toucher le public : la femme aimée est toujours la plus belle de toutes, les chevaliers sont loyaux, ne reculent devant aucun danger. La réalité est souvent différente : au Moyen Age, les chevaliers, bien que fascinés par la "Chanson de Roland", se montrent parfois lâches, menteurs et n'hésitent pas à piller, à violer, lors des combats.

Les mythes et légendes servent le pouvoir en place lorsqu'ils sont associés à une personnalité historique : ainsi, Charlemagne est un personnage clef de la littérature dès le XIIe siècle, en devenant "l'empereur à barbe fleurie". Dans la  célèbre "Chanson de Roland", il est question de l'épée de Charlemagne nommée "Joyeuse". L'Histoire s'empare de la légende et la célèbre épée apparaît dès le sacre du Capétien Philippe III. Quoi de mieux pour asseoir la légitimité du nouveau roi ? Ainsi, l'épée de Charlemagne servira jusqu'au sacre de Charles X et attire aujourd'hui de nombreux curieux, au musée du Louvre.

L'amour et la trahison sont souvent au cœur de la littérature médiévale. Ainsi, le chevalier Lancelot est amoureux de la reine Guenièvre, ce qui l'amène à trahir son roi, Arthur. Qui ne connaît pas l'histoire de Tristan et Yseult, amants maudits qui ne seront réunis que dans la mort ?

Quoi de mieux qu'un monstre pour mettre son courage à l'épreuve ? La littérature médiévale regorge d'histoires où le chevalier doit se mesurer à un dragon ou autres créatures extraordinaires. Certaines d'entres elles sont  protectrices, à l'image de la célèbre Mélusine, mi-femme, mi-serpent. Sa malheureuse histoire d'amour inspire compassion et fascination. Nombreux sont ceux qui se proclament descendants de cette fée nourricière et maternelle, à l'origine de la construction de la ville de Lusignan.

La sirène est également une créature fantastique, qui a évolué avec le temps. D'abord décrite comme mi-femme, mi-oiseau dans l'Antiquité, la sirène devient ensuite une créature marine, mi-femme mi-poisson. Elle est tantôt tentatrice et maléfique, entraînant les marins dans les abîmes, tantôt bienfaitrice, qui sauve les naufragés d'une mort certaine. C'est cette version de la sirène que l'on retrouve dans l'ouvrage de Hans Anderson, au XIXe siècle.

A la fin du XXe siècle, le cinéma s'empare du genre fantastique et le popularise avec l'adaptation de l'œuvre de Tolkien "Le Seigneur des Anneaux" ou la saga de J.K Rowling "Harry Potter". Le succès des films génère l'apparition de jeux vidéos en rapport avec l'univers fantastique, ainsi que des séries télévisées telle que "Game of Thrones", qui s'inspire de l'œuvre de Maurice Druon "les Rois Maudits".

Plongez au cœur d'un univers fantastique, où se mêlent légendes et réalité et dans lequel les mythes ont pour vocation première de servir l'Histoire.


Léonard de Vinci : génie et mercenaire - par AnaisGeeraert le 03/01/2019 @ 10:57

Ce mois-ci, à l'occasion du 500ème anniversaire de sa mort, le magazine Historia consacre son mensuel à la face cachée de Léonard de Vinci, célèbre peintre et créateur visionnaire de la Renaissance :

Historia_leonard_de_vinci.jpg

Célèbre grâce à ses chefs-d'œuvre tels que La Joconde ou La Vierge et Sainte-Anne, ou parce qu'il bénéficie de la protection de  François Ier, Léonard de Vinci n'arrive pourtant en France qu'en 1516, soit trois ans avant sa mort. Avant de travailler pour le roi Valois, le peintre Florentin a servi le duc de Milan, Ludovic Sforza et César Borgia, fils du pape Alexandre VI. Auprès de ces hommes, Léonard de Vinci n'est pas l' artiste mais l'ingénieur dans le domaine de l'artillerie militaire. Ainsi, l'homme qui se présentait d'abord devant des hommes influents pour proposer de réaliser une statue équestre est finalement embauché pour ses connaissances mécaniques…

Durant des années, Léonard de Vinci côtoie les horreurs de la guerre qu'il perçoit comme une "folie bestiale". De son crayon, l'artiste tracera des dessins reflétant la violence des combats et mettant en lumière la barbarie des hommes. Les croquis et les carnets  de Léonard témoignent également des instruments et machines de guerre inventés ou perfectionnés par l'artiste, des  systèmes d'assaut d'une forteresse aux ponts mobiles…

Intelligent, Léonard de Vinci offre - ou vend ! - ses services et connaissances aux hommes puissants. Il se qualifie lui-même à la fois de peintre, ingénieur et architecte ! Lorsque le  vent tourne, l'artiste n'hésite pas à aller vers le vainqueur. Ainsi, bien avant le règne de François Ier, le peintre a déjà pris contact avec le roi de France Louis XII, pourtant en guerre contre le duc de Milan. Doit-on y voir le signe d'un agent secret travaillant pour les français ? Discret, Léonard de Vinci n'a laissé aucun écrit compromettant mais quelques indices dans son parcours sèment le  doute…

C'est à Amboise que l'artiste termine sa vie. Mais auprès de François Ier, Léonard de Vinci n'est pas l'ingénieur militaire. Le jeune roi de France devient le mécène du Florentin, dont il admire les connaissances, notamment dans le domaine de la philosophie. Aussi, François Ier aime surtout converser avec son protégé et se montre fier d'avoir "volé" à l'Italie un génie comme celui-ci. Cependant, Léonard n'est pas venu en France avec ses fameuses toiles convoitées par le monarque. Découvrez comment La Joconde et d'autres chefs-d'œuvre du Florentin sont venus enrichir la collection royale…

Le père de La Joconde  laisse de lui l'image d'un homme ayant été en avance sur son temps, celui qui a testé une machine volante et qui rendit son dernier souffle dans les bras de François Ier. Mais qu'en est-il réellement ? Découvrez tout ce qui fait - et continue de faire - la légende de Léonard de Vinci et démêlez le vrai du faux à travers une enquête passionnante sur un génie de la Renaissance mondialement connu.


L'Eglise et la sexualité : 2 000 ans de débats enflammés - par AnaisGeeraert le 03/12/2018 @ 15:00

Ce mois-ci, le magazine Historia vous propose un dossier sensible, sur la place de la sexualité dans la doctrine chrétienne. La question enflamme les débats depuis la création de l'Eglise et revient régulièrement dans l'actualité, à travers les déclarations des papes sur l'homosexualité ou l'avortement, quand il s'agit pas d'un scandale pédophile qui éclabousse l'Eglise.

historia_eglise_sexualite.jpg

Depuis ses débuts l'Eglise catholique tente de définir la place de la sexualité dans la vie de l'Homme. Le plaisir de l'acte charnel n'est-il pas un pêché ? Dès son commencement, le christianisme est marqué par son refus du plaisir sexuel. Au IVe siècle, l'acte sexuel est considéré comme mauvais, même au sein du mariage, car il détourne l'Homme de la prière. Néanmoins, cet acte est nécessaire car la sexualité sert avant tout à procréer. Il n'est, toutefois, aucunement question d'amour, ce qui détournerait l'esprit de  l'Homme de Dieu.

Quelle est la place de la femme dans tout cela ? Depuis toujours, l'Eglise se méfie du "sexe faible" qui succomba à la tentation dans le jardin d'Eden. Dès lors, les Pères de l'Eglise font de la femme un être malsain, personnifiant la séduction et la luxure. Ils ne tolèrent pas que la femme se pare d'artifices qui vont la rendre désirable aux yeux des hommes. Dès lors, la prostitution est fort mal vue par l'Eglise, qui la tolère cependant pour éviter à l'homme de commettre un pêché plus grave : prendre le chemin de  l'homosexualité…

Selon Jésus, Dieu aurait souhaité que l'homme et la femme deviennent une seule chair. Suivant cette idée, l'Eglise condamne la polygamie et  le concubinage : seul le mariage, sacrement de Dieu, peut unir deux êtres.

Les jeux érotiques entre époux ne sont acceptés par l'Eglise que s'ils précèdent l'accouplement et la procréation. Cette tolérance est également là pour empêcher les hommes mariés d'aller chercher du plaisir ailleurs ! Pour sauver les âmes et les détourner du vice, l'Eglise accepte également les mariages de femmes trop âgées pour enfanter. 

Au fil des siècles, l'Eglise catholique reconnaît peu à peu la place du plaisir dans la sexualité des couples mariés. Pour preuve, le texte du pape François "La joie de l'amour", dans lequel le Saint-Père voit l'érotisme comme "un don de Dieu qui embellit la rencontre des époux". Ainsi, le plaisir sexuel contribuerait à favoriser l'affection, la fidélité et l'attachement mutuel, dans le cadre d'un mariage chrétien.

Néanmoins, l'ouverture de l'Eglise a ses limites : le modèle idéal reste un père, une mère et les enfants issus de leur union légitime. Car le principe selon lequel tout acte sexuel a pour but la procréation reste d'actualité.  Dès lors, l'homosexualité est toujours condamnée par la Papauté. Aujourd'hui, pourtant, les mentalités évoluent au sein même de l'Eglise. Découvrez comment certains ecclésiastiques s'ouvrent, tandis que le Vatican continue de stigmatiser les homosexuels…Quant à l'avortement, il est toujours combattu par l'Eglise au nom du sixième commandement "Tu ne tueras pas".

Le célibat imposé aux prêtes est de plus en plus remis en question car rien, dans la Bible, n'interdit le mariage des clercs. Historia revient sur le mode de vie qui leur a été imposé au fil du temps, ce qui a entraîné bien des déviances, des bâtards du pape Alexandre VI aux "prédateurs sexuels" des  affaires  pédophiles du XXe siècle.

A travers quinze questions délicates, et a l'appui de textes sacrés, découvrez comment a évolué - ou non - les positions l'Eglise sur les sujets touchant à la sexualité, à travers les siècles.


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 ] SuivantFin
Document généré en 0.09 seconde