Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - 05.Marie-Thérèse, fille de Louis XIV
Histoire de France
 ↑  
Histoire du monde
Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
226 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 2294454 visiteurs

 46 visiteurs en ligne

Le 2 janvier 1667, à Saint-Germain-en-Laye, la reine Marie-Thérèse d'Autriche met au monde une troisième fille, la "Petite Madame". Contrairement à l'usage, Louis XIV fait célèbrer la naissance de sa fille par un Te Deum, d'ordinaire reservé à l'aîné des enfants.  Baptisée le 21 janvier 1668, la princesse reçoit les prénoms de sa mère. Contrairement à ses deux soeurs aînées, la petite Marie-Thérèse ne semble pas être victime de la consanguinité de ses parents. Très aimée par Louis XIV et Marie-Thérèse, la Petite Madame est déjà pressentie pour épouser le demi-frère de sa mère, le roi Charles II, et règner sur l'Espagne.

Marie_Therese_de_France.bmp
Marie-Thérèse de France, par Jean Nocret

En février 1672, Marie-Thérèse est touchée par une maladie infantile dont beaucoup d’enfants sont victimes à l’époque. Les médecins de la cour lui trouvent du pus dans l’oreille et diagnostiquent "un abcès dans la tête qui pousse en dedans". La Petite Madame perd l'ouïe puis la parole et est prise de convulsions. Durant son agonie, Marie-Thérèse est veillée par la reine et la Grande Mademoiselle mais également par les favorites du roi, la duchesse de la Vallière et la marquise de Montespan. Louis XIV est au plus mal devant l’état de sa fille et ne dort plus, n’a plus goût à rien. La Petite Madame expire le 1er mars à l’âge de cinq ans. Le confesseur de la reine rapporte que celle-ci aurait dit, à la mort de sa fille : "Quoique mon affliction soit aussi grande que le peut être celle d'une mère chrétienne sur la mort de son enfant qui promettait beaucoup, j'aime mieux qu'elle soit morte dans son enfance pour jouir plus tôt du bonheur éternel, que d'avoir vécu plus longtemps dans l'incertitude de son salut pour être reine d'Espagne". Malgré son chagrin, la reine accepte la mort de sa fille avec soumission, voyant là un signe de la Providence. Elle confie d'ailleurs à Mme de Brienne : "Dieu sait ce qu'il fait. J'aimerais mieux perdre tous mes enfants que d'en voir un seul en péril de salut". La reine se console en pensant que désormais, sa fille est un ange, parties rejoindre ses soeurs au paradis.



Réactions à cet article

Réaction n°2 

par Anais_Geeraert le 12/12/2008 @ 17:47

Bonjour,

Il s'agit d'un portrait fait par Jean Nocret et conservé au Musée Prado à Madrid, en Espagne. k


Réaction n°1 

par Kitten le 11/12/2008 @ 18:21
Je ne connaissais pas ce portrait de la Petite Madame. Auriez-vous gardé les références du tableau ?
Merci (et encore bravo pour votre site).
Kitten


Vous êtes ici :   Accueil » 05.Marie-Thérèse, fille de Louis XIV