Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - Gabrielle d'Estrées, la presque reine
Histoire de France
Histoire du monde
Partenaires

Historia.png

banniere2.jpg

Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
193 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 693540 visiteurs

 33 visiteurs en ligne

Jamais favorite ne fut aussi près de devenir reine de France ! Gabrielle naît en 1571. Son enfance est "endeuillé" par la départ de sa mère, Françoise de la Bourdaisière, qui s'enfuit avec son amant en laissant son mari avec ses quatre enfants lorsque Gabrielle n'a que 10 ans. La fillette est élevée par sa tante maternelle, Isabelle de Sourdis. Belle "comme une perle", elle se fait remarquer par Roger de Saint-Lary de Bellegarde, dont elle tombe amoureuse. Il est l’ami et le Grand Ecuyer d’Henri IV, à qui il décrit sa fiancée. Le roi, charmé  par la description de Gabrielle, veut la rencontrer et tombe fou amoureux de la jeune femme. Mais "l'ange" se refuse au roi qui a vingt ans de plus qu'elle, et demeure la maîtresse de Bellegarde. Gabrielle va jusqu’à dire au roi  - qui se montre insistant auprès d’elle - qu’elle ne l’aimera jamais. C'est son père qui lui fait comprendre les avantages d'être maîtresse du roi. De son côté Isabelle de Sourdis fait comprendre à sa nièce que Bellegarde ne tient pas beaucoup à elle puisqu’il  s'efface rapidement pour laisser le champ libre au roi. Pour Gabrielle, devenir la favorite d’Henri IV serait l'occasion de se venger de son amant. Pour la dégager de la tutelle de son père, Antoine d’Estrées, le roi marie Gabrielle avec Nicolas d’Armeval, seigneur de Liancourt, en avril 1592. On ne sait pas exactement quand Gabrielle devient la maîtresse d’Henri IV, probablement entre 1591 et 1592. Cependant, le bel ange est toujours la maîtresse de Bellegarde, qui manque à plusieurs reprises d’être surpris par Henri dans le lit de sa maîtresse. Avec l'assassinat de sa mère,  le 9 juin 1593, Gabrielle sombre dans un profond chagrin et s'engage pour de bon avec Henri IV.


gabrielle_d_estrees.jpg
Gabrielle d'Estrées (école de François Clouet)

Ce serait sur les conseils de sa favorite que le roi consent à se convertir à la religion catholique en 1593. Après la naissance du premier enfant que Gabrielle donne à Henri IV, le roi fait entreprend de faire annuler l’union de sa favorite pour "impuissance"  de l’époux. Nicolas d’Armeval, –qui a eu des enfants d’un premier mariage, doit alors prétexter une chute de cheval qui l’aurait  empêché de pouvoir consommer sa seconde union. De son côté, Gabrielle prétend s’être mariée à la demande de son père, tout en  ignorant le problème physique de son mari. Le 24 décembre 1594, le bel ange est libre. Dans son testament, le seigneur de Liancourt avouera avoir menti, pour ne pas déplaire à son roi, et reviendra sur toutes les affirmations qu’il a  fait et qui ont abouti à l’annulation de son union avec la demoiselle d’Estrées. Malgré son rang de favorite royale, Gabrielle est toujours la maîtresse de Bellegarde. Certains murmurent que le fils qu’elle met au monde en 1594 est le sien, et non celui du roi. Afin d'éloigner définitivement Bellegarde de Gabrielle, Henri IV lui fait épouser une certaine Anne de Bueil en 1596. Bientôt, le bel ange du souverain reçoit le titre de marquise de Monceaux. Après cette distinction, Henri IV entreprend de demander l’annulation de son mariage avec Marguerite de Valois.  Il se heurte au pape, qui refuse d'accéder à la royale demande si Gabrielle d'Estrées devient reine de France. Le souverain pontife avance le nom d’une parente, Marie de Médicis. Si le roi consent à épouse cette jeune femme, le pape s'engage à faire annuler son union avec Marguerite de Valois.  Henri refuse le "chantage" du pape et poursuit sa liaison avec Gabrielle, que toute la cour surnomme "la presque reine". Malgré cela la jeune femme n'est pas aimée du peuple car elle est la cause de nombreuses dépenses (robes, bijoux). Henri et Gabrielle auront trois enfants, tous légitimés par le roi :

- César (1594-1665) duc de Vendôme, marié à Françoise de Lorraine (dont postérité)
- Henriette Catherine (1596-1663) Mademoiselle de Vendôme, mariée à Charles II de Lorraine (dont postérité)
- Alexandre (1598-1629) chevalier de Vendôme, religieux (sans postérité)

  gabrielle_et_sa_soeur.jpg
Gabrielle "au bain", avec sa soeur, la duchesse de Villars (à gauche)


Le couple voit déjà  en César le futur roi de France, qui deviendra dauphin une fois le mariage de ses parents prononcé. Quant à Marguerite de Valois, elle n’acceptera jamais que "la putain du roi" prenne sa place sur le trône de France. La reine consent à l’annulation de son mariage avec Henri IV si le roi épouse une princesse digne de son rang,  tandis que Gabrielle d’Estrées se comporte déjà comme la future souveraine. En 1595, Diane d’Andouins - première favorite d'Henri IV - revient à la cour pour recommander son fils au roi et se fait humilier par la favorite. En 1597, Henri installe son bel ange dans un hôtel relié au Louvre par un passage privé, permettant aux amants de se voir régulièrement. En juillet, Gabrielle est faite duchesse de Beaufort. L’année suivante,  le roi laisse entrevoir à sa maîtresse l’idée d’un mariage entre eux mais entreprend secrètement des négociations avec l’Italie pour la main de Marie de Médicis...ce qui déplaît fort à Gabrielle lorsque celle-ci découvre le double jeu de son royal amant. Au début de l’année 1599, le roi tombe malade et la duchesse le soigne avec tendresse. Il n’en faut pas plus à Henri IV pour déclarer qu’avec ou sans l’accord du pape, il épousera Gabrielle. Néanmoins, il trouve sage de quitter sa maîtresse durant la semaine sainte. Le roi pense que ce geste fera céder le pape. Le mariage est prévu pour la Saint-Quasimodo. Avec beaucoup de peine et de noirs pressentiments, Gabrielle quitte Henri le 6 avril 1599 pour Paris, tandis que le roi demeure à Fontainebleau. La future reine est alors  enceinte de sept mois. A Paris, le duchesse de Beaufort retrouve sa sœur, Diane d'Estrées, et rend visite à un banquier italien, du nom de Sébastien Zamet. Le 8 avril, Gabrielle dîne chez Zamet qui la traite en reine. Après avoir mangé un citron (ou une orange), la duchesse de Beaufort se sent mal et se rend compte qu’elle va accoucher prématurément. Prévenu, le roi ne se déplace pas, pensant qu'il est trop tôt. Le 9, Gabrielle est au plus mal, et les médecins doivent lui arracher du ventre un fils mort-né. Dans la nuit du 9 au 10, le bel ange perd la vue et l'ouïe, avant d'être prise de convulsions qui la défigurent. Informé, Henri IV veut aller la retrouver mais on lui déconseille car Gabrielle est à l’agonie, méconnaissable. Elle meurt au matin du 10 avril sans avoir revu son amant.

gabrielle.gif
Gabrielle d'Estrées (gravure, 1610)

Certains pensent alors que Gabrielle a été empoisonnée par ce citron, victime d'un complot mené par les conseillers du roi, qui la détestaient et qui entrevoyaient déjà des conséquences néfastes pour la France si Henri IV venait à épouser sa maîtresse. Dans les rues de Paris, le peuple laisse exploser sa joie à l’annonce de la mort de la duchesse et les mauvaises langues murmurent que Gabrielle d’Estrées est morte pour avoir pactisé avec le diable. Dés qu'il apprend que sa fille est passée de vie à trépas,  Antoine d’Estrées s'empresse de  mettre la main sur tous les objets de valeurs de Gabrielle, tandis qu’Henri IV pleure son amour perdu. Ironie du sort, à l’annonce de son mariage avec le roi, Gabrielle avait dit  "Il n’y a plus que dieu et la mort du roi pour m’empêcher d’être reine de France" . 


pour en savoir plus : "Gabrielle d'Estrées, le grand amour d'Henri IV" de Michel de Decker  

gabrielle.jpg

Articles associés :

- "La mort de Gabrielle d'Estrées : la main de dieu ou celle de l'homme ?"
- " Gabrielle d'Estrées au bain" 



Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Landry le 26/06/2010 @ 20:29
Cette femme qui d'une grande beauté a failli être la reine de France. Mais pauvre d'elle, elle est morte empoisonnée et je crois que ce sont ces Médicis qui ont donné l'argent à ce riche Zamet pour qu'il empoisonne la belle demoiselle d'Estrées.


Vous êtes ici :   Accueil » Gabrielle d'Estrées, la presque reine