Histoire de France
Histoire du monde
Partenaires
Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
204 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 1845237 visiteurs

 68 visiteurs en ligne

Actualité
A l'approche des fêtes de fin d'année, je vous propose quelques idées de lecture...ou de cadeaux à mettre au pied du sapin wink

Un peu d'Histoire : 

Ils ne sont pas passés ! 
de André Delattre (éditions Société des écrivains)


Ils_ne_sont_pas_passes.png

4è de couverture : "Après une nuit passée, comme la précédente, sous nos toiles de tente, nous repartons le lendemain au matin. La boue de la route est de plus en plus épaisse. À chaque instant, nous sommes bloqués par des convois d'artillerie ou de ravitaillement. À quatre heures de l'après-midi, nous sommes à Wargemoulin, à quelques kilomètres des premières lignes. Nous faisons halte à l'entrée du village. À ce moment, plusieurs obus de 150 viennent percuter à deux ou trois cents mètres de nous. Après une heure de pause, mon bataillon quitte la route et prend un sentier qui grimpe le long d'une crête. Nous marchons à la file indienne."

Mon avis : Eric Lafourcade nous fait partager le manuscrit d'un soldat de la Première Guerre Mondiale : André Delattre. Dans ces récits, il témoigne des horreurs de la guerre et des conditions de vie des poilus : au milieu des tranchées, on vit avec la faim, le peur, la fatigue. Tout près, gisent les cadavres des amis qui sont tombés. Plonger dans un tel chaos, les soldats se réfugient dans leurs souvenirs pour échapper à la réalité qui leur fait horreur. A l'occasion du 100ème anniversaire du déclenchant de la Première Guerre Mondiale, cet ouvrage nous permet de revenir le quotidien des hommes qui ont été envoyés au combat, et ne pas oublier le devoir de mémoire que nous leur devons. 


L'Histoire fascinante des Romanov : portrait d'une dynastie 1613-1917
de Marie-Agnès Domin (éditions Publibook)


Romanov.jpg

4è de couverture : Les Romanov ? Une dynastie historique et des destins extraordinaires... Parmi eux, deux tsars adolescents révéleront une habileté étonnante dans l'exercice du pouvoir. Un monarque extravagant et bouillonnant repoussera les frontières et donnera un élan phénoménal à la nation, qui en quelques décennies passe d'un état moyenâgeux à celui d'un empire reconnu. Une tsarine allemande éclairée va s'autoproclamer impératrice et propulsera le pays au rang des grandes puissances européennes. Un souverain pacifique, devenu chef de guerre malgré lui, sortira victorieux du redoutable combat avec la Grande Armée de Napoléon, et terminera sa vie mystérieusement. Un tsar courageux et réformateur mettra contre vents et marées le pays sur les rails de la modernité en y perdant la vie tragiquement. Mais le déclin s'amorçant de façon sournoise, d'étranges signes annoncent la fin de l'autocratie et sonnent le glas de la flamboyante dynastie qui périt dans les affres de la Grande guerre en 1917...

Mon avis : Un ouvrage idéal pour une vision d'ensemble sur la dynastie des Romanov, qui régna sur la Russie durant plus de 300 ans. Leur histoire est parsemée de trahisons, complots, assassinat et de révolutions avec toujours le même but, la même convoitise : le pouvoir. Pour l'obtenir, ou le conserver, plusieurs tsars devront faire couler le sang, et entreront dans l'histoire sous l'appellation des Tsars Sanglants...


Romans historiques : 

Paris... quand tombaient les lys
de Joëlle Aubry (édition Publibook)


paris_quand_tombaient_les_lys.jpg

4è de couverture : 
En France, à la fin du XVIIIe siècle, Emmeline, baronne d’Aubetière, est une aristocrate aux idées libérales, prise dans le tourbillon de l’histoire en marche. Consciente de la nécessité de mieux partager les richesses, elle assiste néanmoins aux violences commises au nom de l’idéal révolutionnaire par un peuple que la misère rend aveugle. L’époque est cruelle, aussi bien pour les aristocrates que pour les hommes (et les femmes!) de raison et de modération. Mais de cette violence naîtra une France nouvelle… 

Mon avis : Suite de "Versailles...la fin des privilèges", ce second tome nous plonge dans l'ambiance révolutionnaire de Paris, après le retour de la famille royale dans la capitale. Avec la fin de la monarchie, ce sont désormais de violents affrontements politiques qui divisent la France. Une nouvelle fois, l'auteur intègre ses personnages au coeur des conflits et des tensions que génèrent la Révolution Française, mettant en scène des figures emblématiques de cette époque aux côtés de ces héros fictifs. 

Sobheya, princesse de Courdoue
de Bernard Domeyne (édition Publibook)


Sobheya.jpg

4è de couverture : 
Au soir de sa vie, Sobheya se remémore son parcours exceptionnel. À dix-sept ans, encore prénommée Aurore, elle est arrachée de son village basque par des Sarrasins, puis vendue comme esclave, sa beauté la destinant à devenir une des novices du harem de Medina al-Zahra à Cordoue, ville phare du califat Omeyyade d'Al Andalus. De sa prison dorée, elle découvre la magnificence, le luxe, le raffinement, mais elle est aussi initiée à la culture, aux arts et à l'amour. Destinée au fils du calife, Aurore devient Sobheya et son destin bascule alors entre tragédies, intrigues, jalousies et trahisons. 

Mon avis : Ce livre nous plonge au coeur de l'Espagne Médiévale, un thème peu abordé dans les romans.  A travers le destin  fascinant de Sobheya, le lecteur pénètre dans les luxueux harems et côtoie savants, artistes et médecins de l'époque. On reste captivé, autant par le parcours de l"héroïne, que par la fresque historique qui se dévoile à nous tout au long de ce roman. 

Bonne lecture 
smile 

 

A la redécouverte de Versailles - le 12/10/2014 @ 09:27
Redécouvrez le château de Versailles et ses secrets, avec l'ouvrage de Jacques Rolland : Versailles, le rêve maçonnique d'un roi : l'entrée ouverte au palais fermé d'un roi  (aux éditions Trajectoire)

versailles_reve_maconnique.jpg

Résumé : Lorsque les courtisans - comme les touristes aujourd'hui - découvrent Versailles, ils sont éblouis pour ses splendeurs et sa magnificence. Mais si Louis XIV a voulu un palais à la hauteur du rayonnement de son règne, il a également truffé le château et ses jardins de symboles, d'énigmes à décrypter pour percer les mystères de Versailles. Ainsi, fontaines, bosquets, miroirs et détails des fresques  portent en eux des codes et ce n'est pas un hasard si le Roi-Soleil a conçu l'épître "Manière de montrer Versailles".  Car en ce lieu, tous les visiteurs se doivent d'obéir à un rituel, fixé par le roi. Plus que le siège du pouvoir, Versailles est devenu un outil de propagande et le vêtement politique de Louis XIV.  Pour faire passer ses messages, le Roi-Soleil s'appuie sur les artistes de son temps, tels  Le Nôtre,  Mansart, Lully, Perrault et Molière.  Avec toutes les clefs en main, le lecteur parviendra-t-il a percer les secrets de Versailles ? 

Mon avis : Cet ouvrage donne l'envie de redécouvrir le Versailles du Roi-Soleil, avec davantage de minutie...car on a soudain l'impression d'être passé à côté d'un véritable trésor patrimonial qui se cache au détour d'une fontaine, ou derrière une porte du palais. A la lecture de ce livre, on en vient à regretter que certaines créations de Louis XIV, à l'exemple du labyrinthe des Fables de La Fontaine, aient disparu depuis le règne du Roi-Soleil, emportant avec elles de nombreux messages codés que le monarque nous adressait...pour mieux comprendre l'homme qui se cachait derrière le souverain. 


Nouveautés été 2014 - le 15/09/2014 @ 19:49
Articles publiés cet été sur le site : 

- Analyse du roman "La princesse effacée", qui nous fait revivre la détention de Marie-Thérèse de France à la prison du Temple. 

- Une visite guidée du château des Moyeux, en Seine-et-Marne. 

- Les zones d'ombre qui entourent la mort de Cléopâtre VII, dernière reine d'Egypte

J'en profite pour vous rappeler que l'exposition "Sacres royaux : de Louis XIII à Charles X" , en partenariat avec le château de Versailles,  se tient actuellement au Palais du Tau, à Reims. Jusqu'au 2 novembre 2014, vous pourrez y découvrir des objets rarement dévoilés au public, tel que le manteau de sacre de Charles X mais aussi des tableaux, des gravures et du mobilier d'époque.

sacres_royaux.jpg

Bonne lecture  et merci de votre fidélité 
smile

Anaïs Geeraert


Nouveautés printemps 2014 - le 21/06/2014 @ 17:17
Articles publiés ce printemps sur le site : 

Biographie de Madame Elisabeth, soeur de Louis XIV, victime de la Révolution Française.

- Les théories expliquant la mort de Charles VIII, dernier roi Valois en ligne directe. 

- Analyse du roman historiques "les Venins de la Cour" , qui nous plonge dans l'Affaire des Poisons. 

Bonne lecture smile

Anaïs Geeraert

Promenades en Histoires à Paris - le 26/05/2014 @ 11:44
De toutes les villes d'Europe, Paris est sans doute celle qui regorge le plus d'anecdotes historiques.  Le site PROMENADES EN HISTOIRES  vous invite à découvrir l'âme de Paris et de ses habitants à travers des visites thématiques de la Capitale, telles que "La vieille dame de fer", "Rois et Empereurs" ou encore "Paris  en Flammes".  Vous plongerez ainsi au coeur de l'Histoire de Paris et suivrez son évolution du Moyen-Age à nos jours. 

Vous pouvez également faire une visite virtuelle de Paris, grâce à l'ouvrage Paris en histoires de Jean-Do Brignoli, qui regroupe des dizaines de faits historiques et d'anecdotes sur la Capitale. Une vision de Paris comme vous ne l'avez jamais vu !  Ce n'est pas un guide touristique  (ne vous attendez pas à trouver les plans des rues parisiennes), mais un concentré de toutes ces petites histoires qui ont fait la grande :

paris_en_histoire.jpg


Dans Paris, chaque rue a une histoire à vous livrer....bonne visite ! smile

N'hésitez pas à consulter la page facebook de ce site, grâce à qui vous verrez Paris autrement après votre visite wink

Le 29 mars 2014, l'Affaire Louis XVII connaît un nouveau tournant : le professeur Lucotte, généticien et anthropologue, affirme qu'Hugues de Bourbon, descendant de Charles-Guillaume Naundorff, "fait parti de la famille des Bourbon". Pour les "survivantistes" , c'est la preuve que Louis XVII n'est pas mort à la prison du Temple le 8 juin 1795 mais bien le 10 août 1845 à Delf, aux Pays-bas. D'ailleurs, celui qui prétendait être Louis XVII y est inhumé sous cette identité, ayant été reconnu par le monarque des Pays-Bas comme étant  le fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette.  Ses descendants portent le nom de "Bourbon" grâce à une "courtoisie de la cour de Hollande" et ne cessent d'affirmer, depuis plus de cinquante ans, qu'ils descendent des rois de France.
 

tombe_naundorff.jpg
La sépulture de Charles-Guillaume Naundorff, aux Pays-Bas

 

Il y a deux ans, Hugues Charles Guy de Bourbon, fils du défunt Charles-Louis Edmond de Bourbon que son entourage appelait "Monseigneur" en raison de sa ressemblance frappante avec Henri IV, se soumet à un test ADN.  L'étude ADN porte sur les marqueurs du chromosome Y, spécifique de la lignée masculine.  Souvenons-nous qu'il y a quinze ans, le professeur Cassiman avait procédé à une étude sur l'ADN mitochondrial, spécifique de la lignée féminine.  Le résultat ne faisait pas de doutes : il n'y avait aucun lien de parenté entre Naundorff et la famille de Marie-Antoinette.

 

L'analyse du professeur Lucotte ne remet pas en cause le résultat obtenu il y a quinze ans mais indique que Naundorff descend des Bourbon : " On retrouve chez lui  [ Hugues de Bourbon] l'essentiel des marqueurs du chromosome Y des Bourbons, il fait partie de la famille".  Par conséquent, sans affirmer que Charles-Guillaume Naundorff était bien Louis XVII, il pourrait être apparenté à la famille des Bourbon, ce qui expliquerait la ressemblance singulière de  ses descendants avec Henri IV, Louis XIV et Louis XVI. L'historien sociologue Philippe A. Boiry  (auteur de "Louis XVII avait-il deux coeurs") avoue qu'il est "extraordinaire que toute la descendance de Naundorff ait le type Bourbon"
 

edmon1.jpg

Henri IV et Charles-Louis Edmond de Bourbon (1929-2008)

 

hugue_bourbon.jpg

Louis XVI et Hugues Charles Guy de Bourbon (né en 1974)


Mais alors, qui serait véritablement Charles-Guillaume Naundorff ? Selon moi, probablement pas Louis XVII, puisqu'il n'a aucun lien de parenté avec Marie-Antoinette. Je pencherai d'avantage pour un descendant naturel du roi Louis XV ! En effet, si les historiens admettent que Louis XV n'est le père "que" de huit enfants nés de ses maîtresse (ceux qui ont eu droit à des lettres de noblesses) , le Bien-Aimé pourrait être le père d'une soixantaine d'enfants naturels : il a collectionné les femmes mariées, qui ont eu des enfants durant leur faveur royale. Bien que ces derniers furent reconnus par l'époux, comment être sûr que le père biologique n'était pas le roi ? Louis XV a également eu une multitude de petites maîtresses de l'ombre, dont l'histoire n'a pas retenu l'identité. Ainsi, le roi a très bien pu avoir des enfants naturels dont il ignorait jusqu'à l'existence. Il est alors tout à fait envisageable que Charles-Guillaume Naundorff descende d'un enfant illégitime de Louis XV, oublié par l'histoire.  Ce n'est là, bien sûr,  que mon raisonnement personnel. wink


Nouveautés Hiver 2013-2014 - le 15/03/2014 @ 12:02
Cet hiver, découvrez sur le site : 

- La biographie d'Aphrodite-Lucie Auguste, fille naturelle de Louis XV

- L'analyse de la Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne  d'Olympe de Gouges

- L'énigme qui remet en cause la légitimité de la dynastie des Stuart sur le trône d'Angleterre

Bonne lecture et merci de votre fidélité smile

Anaïs Geeraert 

Olympe de Gouges au Panthéon ? - le 10/02/2014 @ 17:49
L'année 2014 devrait voir l'entrée d'une femme au Panthéon, jusque là réservé aux hommes. En effet, il est décidé, suite à la mort de Mirabeau le 2 avril 1791, que le Panthéon réunirait les tombes des "grands hommes".  Mais des femmes, il n'est nullement question. Parmi les 71 personnalités qui reposent en ces lieux, on ne compte que deux femmes, qui font figure d'exception, et qui "doivent" leur place au Panthéon à leurs époux : Marie Curie (transférée au panthéon avec son mari, Pierre Curie, en 1995), et la chimiste Sophie Berthelot. Morte en 1907, son mari, Marcellin Berthelot, ne lui survit que quelques heures, et tous sont inhumés au Panthéon, le gouvernement estimant alors ne pas devoir séparer les deux époux. 
 
Parmi les candidates à l'entrée au Panthéon, je vous propose de nous arrêter sur une grande figure de la fin du XVIIIe siècle, la pionnière du féminisme : Olympe de Gouges. En effet, Olympe est considérée comme l’une des premières féministes de son temps. Elle fait preuve de beaucoup de courage en osant réclamer l’égalité des sexes et pousser toutes les femmes de France à en faire autant, au risque de bouleverser l’ordre établi. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen a annoncé des droits égaux pour chacun.  Cependant, elle semble ne s’appliquer qu’aux hommes. Ce qu’Olympe de Gouges considère comme une grande injustice : les lois ne doivent pas être faites uniquement pour le sexe masculin, sans prendre en compte les besoins et les revendications des femmes.  Ces inégalités, qui persistent entre les deux sexes à l'heure de la Révolution Française, poussent Olympe de Gouges à rédiger la Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne  car les inégalités dans les pratiques ne sont  plus dans « l’ordre naturel des choses » depuis la promulgation de la Déclaration de 1789.  Pour Olympe de Gouges l’homme démontre sa faiblesse en étant en contradiction  avec ses propres principes : l’égalité pour tous. 

Je vous propose de poursuivre avec l'analyse de la Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne  mais également avec l'ouvrage de Jacques Rolland  "La Franc-Maçonnerie féminine dans la Révolution Française", où  la bravoure et l'audace autres femmes courageuses sont mis en avant. Un bel hommage à toutes ces femmes, actrices sous la Révolution Française, mais qui en paieront le prix fort  :

franc_maconnerie_feminine.gif

Nouveautés Automne 2013 - le 21/12/2013 @ 14:59
Cet automne, découvrez sur le site :

- Le drame conjugal de la reine Louise de Belgique et de sa fille Charlotte, toutes deux gagnées par la dépression à force de lutter contre les fantômes du passé.

- La biographie du duc d'Anjou, fils de Louis XV, disparu prématurément.

- Comment un imposteur parvint à se faire sacrer tsar de Russie sous le nom de Dimitri II

- Les 
frasques amoureuses de la belle Marguerite de Valois.

- De nombreuses idées de lecture dans l'actualité du site

 Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année 
smile

Anaïs Geeraert

 Si vous hésitez encore sur le choix de vos prochaines lectures, je vous propose quatre livres (deux biographies et deux romans) sur les femmes célèbres qui ont écrit une page de l'Histoire :
 
Les Biographies :
 
La Reine et l'Impératrice
de Pierre Dupont (éditions Société des écrivains)


 
4e de couverture :  Essentiellement confinées aux rôles d’"épouse de" ou de "mère de", les hautes figures féminines n’ont pu tenir le premier rôle dans la grande pièce du pouvoir, œuvrant pour la plupart – et quand elles le pouvaient – dans l’ombre. Et rares sont les exemples qui font exception à ce retrait. Des exceptions qui doivent leur renommée à leur éclat, à leur intelligence, à leur indépendance, à leur finesse aussi dans l’approche de la chose politique. Parmi elles, Aliénor d’Aquitaine et Élisabeth de Russie, magnétiques, redoutables insondables, libres, brillantes
 
Mon avis : L'auteur nous propose ici de découvrir la vie de deux femmes qui semblent ne rien avoir en commun : l'une vient de l'époque médiévale ; l'autre du XVIIIe siècle. La première fut deux fois reine par le mariage. La second devint impératrice par un coup de maître, en forçant le destin. Mais malgré les quelques 600 ans qui les séparent, ces deux femmes ont eu le même but : s'élever après avoir attendu dans l'ombre. Elles ont su profiter de la conjoncture pour se hisser au sommet en prendre le pouvoir, montrant aux hommes qu'elles étaient leurs égales et qu'il fallait compter avec elles. L'auteur met en lumière les traits de caractères communs à ses deux souveraines qui lui unissent en dépit de leurs différences.
 
- Jeanne La Pucelle : la légende ou l'histoire ?  de Marcel Guimard (éditions Publibook)


 
4e de couverture :  Qui était vraiment Jehanne d’Arc, dit Jeanne la pucelle? Quelles étaient ses origines? Pourquoi a-t-elle poussé les anglais hors d’Orléans? A-t-elle été appelée par Dieu? Entre légendes et Histoire, la véritable existence de cette femme est difficile à déterminer. Même sa mort est aujourd’hui mystérieuse. Est-elle morte sur le bûcher en 1431? Jeanne d’armoises était-elle un imposteur ou était-elle vraiment la Pucelle?
 
Mon avis :  Sans dévier vers la fiction, l'auteur s'appuie sur les dates, les témoignages et les déclarations de Jeanne pour ébranler nos convictions sur la véritable identité de la jeune femme. Il revient sur ses origines, toujours entourée de mystères : pourquoi n'a-t-elle jamais porté le nom de "d'Arc" de son vivant ? Pourquoi la surnommait-on la "Pucelle d'Orléans" bien avant qu'elle ne fasse le siège de cette ville ? En se posant les bonnes questions, l'auteur tente - avec brio - de lever une partie du voile sur la femme que nous pensons connaître.
 
Les Romans Historiques :
 
Le destin tragique d'Henriette d'Angleterre d'Arnault Pfersdorff (éditions Publibook)


 
4e de couverture : C’est dans l’adversité que commence la vie d’Henriette-Anne, petite fille d’Henri IV, puisque qu’elle est exilée en France avec sa mère au moment où son père, Charles Ier, Roi d’Angleterre, est mis à mort par Cromwell. Et c’est bien dans l’adversité que sa vie va se poursuivre. Enfant, c’est une paria désargentée à la cour de France. Et quand elle peut enfin espérer une revanche sur le destin en épousant Philippe, le frère de Louis XIV, c’est l’enfer domestique qui commence… Henriette d'Angleterre, dernière fille de Charles 1er d'Angleterre, a passé sa courte vie à la Cour de France, traversant la Fronde, la Régence d'Anne d'Autriche, le gouvernement de Mazarin, et surtout le règne débutant de Louis XIV, son cousin, dont elle épousera le jeune frère, Philippe d'Orléans. Henriette fréquentera les plus grands, de Bossuet à Molière, en passant par les maréchaux, les favorites et les souverains des Cours Européennes. Diplomate brillante, inspiratrice d’une politique apportant grandeur à la France, elle mourra si brutalement, qu’elle fera dire à Bossuet pour ses obsèques : «Madame se meurt, Madame est morte».
 
Mon avis : L'auteur a fait le choix original de mélanger biographie et mémoires fictives, au rythme d'un chapitre sur deux. Dans les parties du livre rédigées à la première personne, il nous fait pénétrer dans l'intimité  d'Henriette d'Angleterre. On vit avec la duchesse d'Orléans tous les moments de sa vie, de l'exécution tragique de son père jusqu'au moment où elle décide, le 28 juin 1670, de prendre une tasse de chicorée. Et si elle n'avait pas disparu à l'âge de 26 ans, peut-être qu'elle aurait pu écrire ses mémoires...On l'accompagne dans sa vie de couple catastrophique, dans les moments de complicité qu'elle partage avec le roi, dans la douleur face à la perte de ses enfants. Plus qu'une princesse, c'est une personne que l'on découvre
 
 
- Versailles...La fin des privilèges de Joëlle Aubry (éditions Publibook)


 
4e de couverture : Emmeline de Mars la Tour, jeune fille issue d’une famille noble de Lorraine, se retrouve, à sa sortie du couvent, propulsée à la Cour de Louis XVI, à l’époque où celui-ci décide de porter assistance aux insurgeants américains en révolte contre l’empire britannique. Mariée à un homme influent, bien introduite et proche Marie-Antoinette, elle est le témoin privilégié des événements de son temps qui vont conduire à la Révolution. Sous couvert d’une charge à la Cour, elle sera chargée par le Comte de Vergennes, conseiller du roi de renseigner la police royale sur les menées révolutionnaires de la Franc-Maçonnerie. Mais la politique n’est pas le seul souci de la belle Emmeline : elle doit assumer la passion amoureuse qui la lie au séduisant Vicomte d’Orsival, ami et compagnon d’armes de son frère.
 
Mon avis :  Le roman se concentre davantage sur les personnages que sur la fresque historique. Ainsi, l'aspect humain est mis en valeur et on s'attache aux héros de ce roman qui sont complètement intégrés dans le préambule de ce qui sera la Révolution Française.  Nous laissons Emeline et la reine Marie-Antoinette dans la nuit du 4 août 1789, qui marque l'abolition des privilèges...

Bonne lecture wink


Vous êtes ici :   Accueil » Actualité