Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - Charles VIII, le roi maudit victime d'une porte
Histoire de France
 ↑  
Histoire du monde
Partenaires

Historia.png

banniere2.jpg

Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
187 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 487574 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

Au mois d'avril 1498 le couple royal se trouve à Amboise, miné par le désespoir de ne toujours pas avoir d'héritier. Mariés depuis l'année 1491, Charles VIII et Anne de Bretagne n'ont pourtant pas souffert du drame de la stérilité. Moins d'un an après leur union, la reine accouchait d'un petit prince bien constitué, Charles-Orland, nouveau dauphin. Très féconde, Anne de Bretagne est constamment enceinte. Hélas, après la naissance du dauphin, toutes ses grossesses se soldent par une fausse-couche ou la naissance d'un enfant mort-né. En 1495, le dauphin décède, victime de la rougeole. Devant cette fatalité, on pense que Charles VIII est punit par le ciel, pour sa trop grande convoitise du royaume de Naples. L'Eglise lui conseille de faire pénitence. Le roi multiplie les prières, les jeûnes, les fondations pieuses, et mène une vie chaste, allant jusqu'à faire chasser les filles de "petites vertus" de sa cour. En août 1497, la reine accouche d'un fils et distribue aussitôt des amulettes et  des médailles bénies aux nourrices, afin de protéger l'enfant.  Malgré les amulettes et les prières, le petit prince décède au bout d'une semaine. Anne de Bretagne désespère de donner un héritier à Charles VIII et y voit, elle aussi, un signe de la colère de Dieu. En effet, il faut rappeler que Charles VIII et Anne de Bretagne n'étaient pas promis l'un à l'autre. Dauphin, Charles était fiancé à Marguerite d'Autriche, venue en France pour parfaire son éducation. Quant à Anne, elle avait épousé le père de la jeune Marguerite, Maximilien. La France convoitant le duché de Bretagne, on avait réussi à faire casser le mariage d'Anne et de Maximilien d'Autriche, et la petite Marguerite avait été répudiée juste avant ses noces. Pour la reine Anne, le ciel punit la France d'avoir fait rompre deux unions par convoitise, en n'accordant aucun héritier à son roi. En septembre 1497, Anne de Bretagne est de nouveau enceinte. Malgré les pieuses offrandes du couple royal pour remercier Dieu de cette grossesse, celle-ci ne donne pas un nouveau dauphin à la France : c'est une fille que la reine met au monde prématurément, à Ambroise,  en mars 1498.  L'enfant ne vivra pas. 
 
charlesVIII_Anne_Bretagne.jpg
Charles VIII et Anne de Bretagne (miniatures du XVIe siècle)

 
Dans cette atmosphère morose, on cherche à distraire le roi.  On compte sur la jeunesse de la reine, qui n'a que 21  ans, pour donner un dauphin à la France. Pour l'heure, à Amboise, Charles VIII est convié à un jeu de paume. Mais alors qu'il traverse une galerie dans les sous-sols du château, la tête du roi heurte le haut d'une porte. Le monarque ne semble pas avoir souffert de ce coup...mais quelques instants plus tard, il tombe évanoui. On n'ose déplacer le roi et celui-ci est installé sur une paillasse. Les médecins tentent, en vain de le sauver. Le 7 avril 1498, Charles VIII meurt à l'âge de 28 ans, d'un banal accident.  Mais le jeune roi a-t-il effectivement était victime d'un accident ? L'autopsie révèle que le coup reçu à la tête n'a pu, à lui seul, entraîner la mort. Le monarque ne laisse aucun héritier et une jeune veuve déjà convoitée par son successeur : son cousin Louis d'Orléans. Celui-ci s'est réjoui à chaque fois que le roi perdait un enfant...ce qui le rapprochait du trône de France. Pour autant, a-t-il fait assassiner Charles VIII ? Avant de se rendre au jeu de paume, le souverain a mangé une orange provenant d'Italie. Etait-elle empoisonnée ? On sait que les Borgia sont passés maîtres dans la pratique des poisons ! Mais si le duc d'Orléans accède au trône  avec la disparition de son cousin, nul ne l'a jamais accusé de la mort de ce dernier. Il semble que celui qui va devenir Louis XII n'ait pas le profil d'un meurtrier (si cela avait été le cas, Anne de Bretagne n'aurait certainement pas accepté d'épouser l'assassin de son premier mari !). D'autre part, Charles VIII se méfiant de son cousin, faisait constamment surveiller les agissements de celui-ci.  
Charles-VIII.jpg
Charles VIII, par l'Ecole Française, XVIe siècle 
 
Si Charles VIII n'est pas mort assassiné, comment expliquer la mort si soudaine du jeune roi ? Pour trouver la réponse, il faut remonter à la génération précédente, avec le père de Charles VIII : Louis XI. Ce dernier a été plusieurs fois victime d'attaques cérébrales, qui ont failli lui coûter la vie à maintes reprises. C'est d'ailleurs d'une congestion cérébrale que meurt Louis XI. Son successeur a très probablement hérité de ce souci de santé. Dès lors,  le choc frontal qu'il a reçu, en oubliant de se baisser au passage de la porte (il est de petite taille et n'a donc  pas l'habitude de devoir baisser la tête), lui a  sans doute causé une hémorragie cérébrale. D'ailleurs, ses médecins connaissaient les pathologies dont pouvait souffrir Charles VIII : une faiblesse cardiaque avait été diagnostiqué quelques années auparavant et durant les dernières semaines de sa vie, le jeune roi avait un teint livide et s'était amaigri. L'hémorragie interne explique certainement pourquoi le roi n'est pas décédé sur le coup et que, le choc n'ayant pas été assez fort pour entraîner la mort, plusieurs de ses contemporains aient pensé à un empoisonnement.   Néanmoins, à l'époque, ceux qui s'accordent sur la thèse l'accident ne peuvent s'empêcher de voir dans la disparition de Charles VIII un châtiment de Dieu, tant les conditions de sa mort apparaissent comme stupides.  Le dernier roi Valois en ligne directe est resté dans l'histoire comme le souverain qui est mort...pour avoir oublié de se baisser.  Le sort semble s'acharner sur la dynastie puisque son cousin, devenu Louis XII, ne laisserait pas non plus d'héritier mâle pour lui succéder. Pour pouvoir épouser veuve de Charles VIII et conserver la Bretagne, il avait dû, lui-aussi, faire annuler son premier mariage...


Réactions à cet article

Réaction n°3 

par jehan le 22/05/2017 @ 23:10
Charles VIII a présenté un tableau caractéristique d'hématome extradural : assommé brièvement par la violence du choc, il a récupéré dans un premier temps, avant qu'une hémorragie entre la boîte crânienne inextensible et la (méninge) dure-mère ne comprime progressivement le cerveau, le repoussant jusqu'à entraîner un "engagement" mortel au travers de l'orifice occipital, à la base du crâne.C'est une urgence vitale aujourd'hui bien connue de tous les médecins, imposant un geste neuro-chirurgical rapide (trou de trépan dans le crâne permettant d'évacuer l'hématome) après confirmation du diagnostic par un scanner cérébral.Si on trépanait depuis le Néolithique, on ne savait pas faire le diagnostic d'hématome extradural au Moyen Âge et de toute façon aucun geste salvateur n'aurait été possible à l'époque. Le roi de France était perdu.AJ

Réaction n°2 

par bv1958 le 30/10/2016 @ 20:03

charles viii n'a pas jamais eu une santé florissante et ce dès son enfance, il était fragile,  la reine anne a probablement été mise enceinte beaucoup trop tôt et  c'est ce qui a probablement causé ces problèmes ensuite.


Réaction n°1 

par dupont le 17/09/2016 @ 20:13
ejadore !! 💗💓❤️💚💚💙💖💖💘💘❤️❤️❤️❤️❤️eeecest top !!! trop bien !!!!


Vous êtes ici :   Accueil » Charles VIII, le roi maudit victime d'une porte