Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - 10. Louis-Alexandre, comte de Toulouse
Histoire de France
Histoire du monde
Partenaires

Historia.png

banniere2.jpg

Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
193 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 698047 visiteurs

 69 visiteurs en ligne

Dernier enfant de Louis XIV et de Françoise-Athénaïs de Montespan, Louis-Alexandre naît à Versailles le 6 juin 1678. A l'inverse de ses frères et soeurs aînés, élevés dans l'ombre par Mme de Maintenon jusqu'à leur légitimation, le petit garçon passe son enfance auprès de sa mère, qu'il adore. La marquise de Montespan, touchée par les marques d'amour que lui témoigne son dernier-né, remporte sur lui son affection, d'autant que son fils aîné, le duc du Maine lui préfère son ancienne gouvernante. Désormais marquise de Maintenon, celle-ci se s'occupe pas des deux enfants nés des amours du roi et de Mme de Montespan : Louis-Alexandre et sa soeur Françoise-Marie ont pour gouvernante Mme de Montchevreuil et n'entretiennent que peu de rapports avec leurs aînés, le duc du Maine et Mlle de Nantes, plus âgés qu'eux. 

En 1681, bien que la marquise de Montespan soit éclaboussée par l'Affaire des Poisons, Louis XIV légitime ses deux derniers enfants. Louis-Alexandre est alors titré comte de Toulouse, le 22 novembre. Le 23 novembre 1683, l'enfant reçoit la charge d'Amiral de France, suite au décès de son demi-frère naturel le comte de Vermandois. L'année suivante, le jeune prince est nommé colonel d'un régiment d'infanterie qui porte son nom. Bien que comblé d'attentions par le roi, le comte de Toulouse ne réclamera jamais aucun titre et sait rester modeste. Quant aux charges que son père lui attribuent, Louis-Alexandre les assumera toujours avec sérieux.  A la cour, il fait la fierté de sa mère, en raison de sa beauté et de sa douceur. Mme de Caylus témoigne : "La beauté de M. le comte de Toulouse surprit et éblouit tous ceux qui le virent". En 1687, Louis-Alexandre "passe aux hommes" et quitte Mme de Montchevreuil pour parfaire son éducation auprès du marquis d'O, son gouverneur. En 1689, le prince est une nouvelle fois comblé par Louis XIV, qui lui offre le gouvernement de la Guyenne. Les attentions du monarque envers ses enfants légitimés ne sont pas sans conséquence à la cour. Lorsqu'il apprend la promotion du comte de Toulouse, Monsieur frère du roi est furieux : la charge n'avait-elle pas été promise à son fils, le duc de Chartres ? Ce ne sera pas la dernière fois que Louis XIV favorisera ses bâtards au détriment des princes de sang, ce qui attirera la jalousie d'une grande partie des courtisans à l'encontre des princes légitimés.

12411593.jpg

En 1691, Louis-Alexandre atteint l'âge de 13 ans est séparé de sa mère, laquelle quitte la cour définitivement. La France s'étant engagée dans une guerre contre Guillaume d'Orange, le comte de Toulouse a l'occasion de faire ses premières armes cette même année. Son frère, le duc du Maine, et le duc de Chartres accompagnent également le roi. Le maréchal de Luxembourg est chargé de la formation militaire des princes. Au cours de celle-ci, Louis-Alexandre se rapproche de son cousin, le duc de Chartres, né en 1674. Bien que fort jeune, le comte de Toulouse se montre valeureux. Pour récompenser son courage, Louis XIV le fait chevalier des Ordres de Saint-Michel le 2 février 1693 et le nomme commandant en chef d'un régiment de cavalerie portant son nom. 

Jeune garçon vivant sans faire de scandales dans une cour où ce cas est rarissime pour les enfants du roi, le comte de Toulouse devient chevalier des Ordres du roi le 2 février 1693 puis échange en 1695 son gouvernement de Guyenne contre celui de la Bretagne. Le 3 janviers 1696, Louis-Alexandre est fait Maréchal de camp puis lieutenant des armées du roi le 3 août 1697. Cette année là, le comte de Toulouse obtient le duché de Penthièvre. Bien que sa mère la marquise de Montespan ait quitté la cour en 1691, Louis-Alexandre entretient de fortes relations avec elle. Il s’entend également très bien avec son frère et ses sœurs et s’attire toute l’estime du roi son père et de la cour. En 1704, Louis-Alexandre devient chevalier de la Toison d’or. La même année, il prend le commandement de l’armée navale. A la fin du mois de juin 1707, il perd sa mère et ne peut prendre son deuil. Il soutient et épaule ses sœurs mais c’est sans doute Louis-Alexandre qui fut le plus touché par la perte de la marquise. En 1711, le comte de Toulouse acquit le duché de Rambouillet. L’ultime faveur que lui fera Louis XIV sera de le placer avec son frère aîné le duc du Maine au rang des princes de sang. Dans son testament, le roi confit la régence du royaume à ses fils légitimés et en cas de décès du jeune héritier le dauphin, fait en sorte que le duc du Maine ou le comte de Toulouse puissent monter sur le trône. De la sorte, le monarque barre la route à son neveu ambitieux le duc d’Orléans. A la mort de Louis XIV, le royal testament est cassé et c'est ce dernier qui devient Règent de France durant la minorité de Louis XV. Si le comte de Toulouse s’efface, le duc du Maine trempera dans les intrigues pour renverser le duc d’Orléans.

Comte_toulouse.bmp

 Le 2 février 1723, alors que son frère et ses sœurs sont mariés depuis longtemps avec des princes de sang, Louis-Alexandre fait un mariage d’amour avec Marie-Victoire-Sophie de Noailles. Ironie du sort, l’épousée est la veuve de Louis Pardillan de Gondrin, petit-fils du marquis et de la marquise de Montespan. De ce premier mari décédé en 1712, Marie-Victoire a eu deux fils avec lesquels Louis-Alexandre aura de bons rapports. Avant cette union, le comte de Toulouse avait déjà eu deux fils illégitimes : Louis-Alexandre de Sainte Foy (1720-1723) et Philippe-Auguste de Sainte Foy (1721-1795). De son union avec la fille du duc de Noailles ne naîtra qu’un fils, Louis-Jean-Marie de Bourbon-Penthièvre (1725-1793). Louis-Alexandre de Bourbon s’éteint le 1er décembre 1737 à Rambouillet.



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Vous êtes ici :   Accueil » 10. Louis-Alexandre, comte de Toulouse