Histoire et Secrets - découvrir l'histoire de France et du monde - L'accès au trône et le mariage de la reine Victoria
Histoire de France
Histoire du monde
Partenaires

Historia.png

banniere2.jpg

Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
193 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 698364 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Cet article a été rédigé par Magalie Manzi, passionnée par l'Histoire de l'Angleterre


Victoria Ire voit le jour le 24 mai 1819 en Angleterre, plus précisément à Kensington Palace. Elle est la fille unique d’Edward Auguste, duc de Kent, et de Victoire Marie Louise de Saxe-Cobourg.

 Ses parents se sont mariés en 1818 par nécessité. En effet, le duc de Kent avait une maîtresse de longue date (qui n’était pas de sang royal) et il fallait offrir un héritier au royaume. Depuis la mort de la princesse Charlotte, héritière du la couronne, en 1817, les fils de George III se sont lancés dans la course au trône. Tous se marient, espérant maintenir la descendance des Hanovre. Edward Auguste, le duc de Kent, est le premier et le seul à donner une héritière qui survit à la petite enfance, ses frères demeurant sans descendance ou ayant eu des enfants morts en bas âge.

L’héritière tant désirée est la princesse Victoria (de son prénom de baptême Alexandrina Georgina Victoria). Tout pourrait être pour le mieux, mais le sort s’acharne sur la famille des Hanovre. Le duc de Kent est repoussé par toute sa famille : par son père mais surtout par  son frère, le futur George IV. Le mépris de George IV à l’égard du duc de Kent est peut-être lié à la jalousie que l’aîné porte à son cadet qui vient d’épouser une princesse étrangère, une Saxe-Cobourg. Peut être digère-t-il également très mal le fait que la petite Victoria puisse devenir reine, quand le trône devait revenir à sa défunte fille, Charlotte. Le couple de Kent est surendetté. Le sort s'acharnant sur la famille, le duc de Kent  meurt en 1820, laissant une petite fille qui n’a que quelques mois.

    duchesse_kent_et_victoria.jpg
La duchesse de Kent et sa fille, Victoria (qui tient un portrait du défunt duc de Kent) par Henry Bone

Victoria sera éduquée par sa mère et un « ami » de celle-ci, John Conroy. La princesse sera à l’écart de la famille royale, à cause notamment de la discorde entre sa mère et  George IV puis Guillaume IV. Cela n’empêchera pas les deux rois d’insister pour voir leur nièce. Guillaume IV, roi d’Angleterre de 1830 à 1837, fera de son mieux pour éviter une régence de la duchesse de Kent. Il est vrai que la duchesse est très influencée par Conroy (son frère Léopold Ier, le docteur Stockma et le roi en sont pertinemment convaincus). La princesse Victoria mènera une enfance malheureuse, tenue loin de la cour et recluse dans un palais.

 Le roi Guillaume IV meurt en 1837. Victoria, âgée de 18 ans, devient reine.  Lord Melbourne l’épaulera dès le premier jour en lui prodiguant de bons conseils. Il tiendra une place importante aux yeux de la reine. Elle chassera Sir John Conroy de chez elle dès le début de son règne mais gardera sa mère auprès d’elle.

 Après son couronnement, le 28 juin 1838,  les personnes proches de la reine Lord Melbourne, son oncle Léopold Ier, commencent à évoquer le prochain mariage de Victoria. Le roi des Belges, Léopold Ier a le profond désir, depuis des années, d’unir sa nièce à son neveu le prince Albert de Saxe-Cobourg (né le 26 août 1819). Ce serait une bonne union pour les deux pays. La principale concernée est contre l’idée car elle ne désire se marier. On lui a déjà présenté de nombreux prétendants mais n’y fait. Quant à Albert, il n’est pas au goût de Victoria.

reine_victoria.gif
La reine Victoria par Alexander Melville

Cependant, la reine  accepte la venue de ses deux cousins de Saxe-Cobourg au palais, Ernest et Albert. Victoria et Albert correspondent durant plusieurs mois. Le jour où la jeune reine reçoit ses cousins, Victoria réalise qu’elle a de forts sentiments pour Albert. Après en avoir avisé  Lord Melbourne, elle décide de demander le prince  en mariage, qui répond favorablement. Les noces se déroulent le 10 février 1840 en Angleterre, à Westminster. Victoria tombe très vite enceinte et le 21 novembre 1840 à Windsor, naît son premier enfant,  la princesse royale Victoria Adélaïde, qui mourra quelques mois après sa mère en 1901. Par la suite, le couple royal aura huit autres enfants :

- Edward VII (1841 – 1910)
- Alice (1843 – 1878)
- Alfred, duc de d’Edimbourg (1844 – 1900)
- Hélène (1846 – 1923)
- Louise (1848 – 1939)
- Arthur, duc de Connaught (1850 – 1942)
- Léopold, duc d’Albany  (1853 – 1884)
- Béatrice (1857- 1944)

Le prince Albert, ne pouvant être roi, est nommé « prince consort » sous la pression de Victoria : en cas de décès de la reine, Albert peut  éventuellement prendre la tête de la régence. A partir de là, Victoria confie certaines missions à son époux, comme la Grande Exposition Universelle du 1er mai 1851 au Crystal Palace de Londres, un événement grandiose pour l’époque. Le prince Albert est un précurseur dans certains domaines tels que l’économie du royaume.

Le 14 décembre 1861 sonne le glas du bonheur pour le couple si soudé : Albert meurt de le typhoïde à 42 ans. Victoria ne se remettra pas de la perte de son époux, restant  cloîtrée au palais et limitant ses sorties publiques. En hommage au prince consort, elle fera édifiée des monuments à la gloire de son mari, ce qu’on lui reprochera.

Famille_royale.jpg
Victoria, Albert et leurs enfants, par Franz Xaver Winterhalter, en 1846

Reine d’Angleterre de 1837 à 1901, impératrice des Indes  à partir de 1877, Victoria gouverne un empire d’une puissance et d’une étendue inégalée. Elle laissera une ère qui prendra son nom : « l’ère victorienne ».

À cette époque, alors que l’Europe est en proie aux convulsions et que la France s’épuise à changer de régimes politiques, les anglais, pragmatiques conservent la monarchie en lui ôtant tout pouvoir de nuisance, et bâtissent une démocratie parlementaire  qui reste exemplaire. Bien que de tempérament capricieux et autoritaire, Victoria fut convaincue par son mari que la royauté devait  s’appuyer sur les classes moyennes entreprenantes, accompagner l’évolution démocratique et non la freiner. Elle aura plusieurs premiers ministres, entre autre Lord Melbourne, John Russell, Lord Derby, Disraeli et Robert Peel.

 La reine Victoria, adorée au même niveau qu’Elisabeth Ière, décède le mardi 22 janvier 1901. Depuis cinq jours elle était frappée de paralysie et ne pouvait plus parler. Victoria aura régné près de soixante-quatre ans. Elle aura survécu à Albert quarante ans et est inhumée à ses côtés dans un mausolée qu’elle avait fait faire bâtir pour lui. Sur ce mausolée on peut lire :

« Adieu, très aimé. Ici, je demeurerai avec toi,Et avec toi, dans le Christ, je ressusciterai ».

mausolee_Victoria_Albert.jpg
Gisants d'Albert et de Victoria, à l'intérieur du Mausolée



Réactions à cet article

Réaction n°2 

par Gaf2011 le 17/05/2016 @ 20:06
Merci pour cet article, c'est dommage que les gens oublient une si grande reine. Son époque a été l'atteinte d'un grand succès pour le Royaume Uni. Une personnalité ne se forge jamais seule c'est grâce aux conseils de  Lord Melbourne et à la reine mère qu'elle atteint cette grandeur. Je consulte ce site tous les deux mois. L'ère Victorienne, je suis subjuguée par cette femme qui a si bien rempli sa mission et influencée son époque.

Réaction n°1 

par Anne le 20/12/2015 @ 22:15
Un simple commentaire.....
Quelle reine !


Vous êtes ici :   Accueil » L'accès au trône et le mariage de la reine Victoria