Histoire de France
Histoire du monde
Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
245 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 2762225 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

Actualité
 Si vous hésitez encore sur le choix de vos prochaines lectures, je vous propose quatre livres (deux biographies et deux romans) sur les femmes célèbres qui ont écrit une page de l'Histoire :
 
Les Biographies :
 
La Reine et l'Impératrice
de Pierre Dupont (éditions Société des écrivains)


 
4e de couverture :  Essentiellement confinées aux rôles d’"épouse de" ou de "mère de", les hautes figures féminines n’ont pu tenir le premier rôle dans la grande pièce du pouvoir, œuvrant pour la plupart – et quand elles le pouvaient – dans l’ombre. Et rares sont les exemples qui font exception à ce retrait. Des exceptions qui doivent leur renommée à leur éclat, à leur intelligence, à leur indépendance, à leur finesse aussi dans l’approche de la chose politique. Parmi elles, Aliénor d’Aquitaine et Élisabeth de Russie, magnétiques, redoutables insondables, libres, brillantes
 
Mon avis : L'auteur nous propose ici de découvrir la vie de deux femmes qui semblent ne rien avoir en commun : l'une vient de l'époque médiévale ; l'autre du XVIIIe siècle. La première fut deux fois reine par le mariage. La second devint impératrice par un coup de maître, en forçant le destin. Mais malgré les quelques 600 ans qui les séparent, ces deux femmes ont eu le même but : s'élever après avoir attendu dans l'ombre. Elles ont su profiter de la conjoncture pour se hisser au sommet en prendre le pouvoir, montrant aux hommes qu'elles étaient leurs égales et qu'il fallait compter avec elles. L'auteur met en lumière les traits de caractères communs à ses deux souveraines qui lui unissent en dépit de leurs différences.
 
- Jeanne La Pucelle : la légende ou l'histoire ?  de Marcel Guimard (éditions Publibook)


 
4e de couverture :  Qui était vraiment Jehanne d’Arc, dit Jeanne la pucelle? Quelles étaient ses origines? Pourquoi a-t-elle poussé les anglais hors d’Orléans? A-t-elle été appelée par Dieu? Entre légendes et Histoire, la véritable existence de cette femme est difficile à déterminer. Même sa mort est aujourd’hui mystérieuse. Est-elle morte sur le bûcher en 1431? Jeanne d’armoises était-elle un imposteur ou était-elle vraiment la Pucelle?
 
Mon avis :  Sans dévier vers la fiction, l'auteur s'appuie sur les dates, les témoignages et les déclarations de Jeanne pour ébranler nos convictions sur la véritable identité de la jeune femme. Il revient sur ses origines, toujours entourée de mystères : pourquoi n'a-t-elle jamais porté le nom de "d'Arc" de son vivant ? Pourquoi la surnommait-on la "Pucelle d'Orléans" bien avant qu'elle ne fasse le siège de cette ville ? En se posant les bonnes questions, l'auteur tente - avec brio - de lever une partie du voile sur la femme que nous pensons connaître.
 
Les Romans Historiques :
 
Le destin tragique d'Henriette d'Angleterre d'Arnault Pfersdorff (éditions Publibook)


 
4e de couverture : C’est dans l’adversité que commence la vie d’Henriette-Anne, petite fille d’Henri IV, puisque qu’elle est exilée en France avec sa mère au moment où son père, Charles Ier, Roi d’Angleterre, est mis à mort par Cromwell. Et c’est bien dans l’adversité que sa vie va se poursuivre. Enfant, c’est une paria désargentée à la cour de France. Et quand elle peut enfin espérer une revanche sur le destin en épousant Philippe, le frère de Louis XIV, c’est l’enfer domestique qui commence… Henriette d'Angleterre, dernière fille de Charles 1er d'Angleterre, a passé sa courte vie à la Cour de France, traversant la Fronde, la Régence d'Anne d'Autriche, le gouvernement de Mazarin, et surtout le règne débutant de Louis XIV, son cousin, dont elle épousera le jeune frère, Philippe d'Orléans. Henriette fréquentera les plus grands, de Bossuet à Molière, en passant par les maréchaux, les favorites et les souverains des Cours Européennes. Diplomate brillante, inspiratrice d’une politique apportant grandeur à la France, elle mourra si brutalement, qu’elle fera dire à Bossuet pour ses obsèques : «Madame se meurt, Madame est morte».
 
Mon avis : L'auteur a fait le choix original de mélanger biographie et mémoires fictives, au rythme d'un chapitre sur deux. Dans les parties du livre rédigées à la première personne, il nous fait pénétrer dans l'intimité  d'Henriette d'Angleterre. On vit avec la duchesse d'Orléans tous les moments de sa vie, de l'exécution tragique de son père jusqu'au moment où elle décide, le 28 juin 1670, de prendre une tasse de chicorée. Et si elle n'avait pas disparu à l'âge de 26 ans, peut-être qu'elle aurait pu écrire ses mémoires...On l'accompagne dans sa vie de couple catastrophique, dans les moments de complicité qu'elle partage avec le roi, dans la douleur face à la perte de ses enfants. Plus qu'une princesse, c'est une personne que l'on découvre
 
 
- Versailles...La fin des privilèges de Joëlle Aubry (éditions Publibook)


 
4e de couverture : Emmeline de Mars la Tour, jeune fille issue d’une famille noble de Lorraine, se retrouve, à sa sortie du couvent, propulsée à la Cour de Louis XVI, à l’époque où celui-ci décide de porter assistance aux insurgeants américains en révolte contre l’empire britannique. Mariée à un homme influent, bien introduite et proche Marie-Antoinette, elle est le témoin privilégié des événements de son temps qui vont conduire à la Révolution. Sous couvert d’une charge à la Cour, elle sera chargée par le Comte de Vergennes, conseiller du roi de renseigner la police royale sur les menées révolutionnaires de la Franc-Maçonnerie. Mais la politique n’est pas le seul souci de la belle Emmeline : elle doit assumer la passion amoureuse qui la lie au séduisant Vicomte d’Orsival, ami et compagnon d’armes de son frère.
 
Mon avis :  Le roman se concentre davantage sur les personnages que sur la fresque historique. Ainsi, l'aspect humain est mis en valeur et on s'attache aux héros de ce roman qui sont complètement intégrés dans le préambule de ce qui sera la Révolution Française.  Nous laissons Emeline et la reine Marie-Antoinette dans la nuit du 4 août 1789, qui marque l'abolition des privilèges...

Bonne lecture wink


Vous êtes ici :   Accueil » Actualité