Histoire de France
Histoire du monde
Recherche
 
Fermer
Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
245 Abonnés
Contactez l'auteur
Visites

 2762224 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

Actualité
Idées de lecture printemps 2015 - le 06/03/2015 @ 11:32
Ce mois-ci, je vous propose de découvrir quelques ouvrages récemment parus, qui vous feront remonter le temps   : 

Le symbolisme de la pierre à travers l'Histoire : De la Bible à la pierre philosophale

Ouvrage de Jean-François Blondel, paru aux éditions TrajectoirE

Symbolisme-de-la-pierre.jpg


4è de couverture : De la pierre de Jacob, décrite dans la Bible à la pierre philosophale ; des mégalithes de Stonehenge à la pierre cubique des francs-maçons, combien de fois la pierre a-telle été représentée en tant que symbole ! L'auteur invite le lecteur à faire ce voyage dans l'espace et dans le temps, où, systématiquement, la pierre va se trouver associée à un événement qui a marqué l'humanité : les mégalithes, alignés dans la direction du lever du soleil aux solstices, les « pierres tombées du ciel », dont on s'est demandé si elles n'étaient pas messagères des dieux ; les pierres qui guérissent, celles utilisées pour prédire l'avenir... La pierre résiste à l'usure du temps. Elle va donc servir de mémoire, de support pour transcrire les grands faits marquants qui ont ponctué notre histoire. Mais elle est aussi le matériau noble de la construction, celle avec laquelle on construit des temples pour rendre hommage aux divinités. La Franc-maçonnerie, ensuite, reprendra à son compte l'héritage et le corpus symbolique des métiers de la construction : la pierre brute, la pierre cubique, la pierre de fondation, la pierre d'angle, la clef de voûte, pour en tirer un enseignement philosophique.

Mons avis : L'auteur nous entraîne dans la passion qu'il a pour l'histoire de la pierre, et nous livre quelques liens existant entre celle-ci et le sacré. A le lire, la pierre semble dotée de pouvoirs mystérieux, et porteuse de messages. Témoin de  l'Histoire, la pierre résiste à l'usure du temps. Dès lors, ne  contiendrait-elle pas un peu de la mémoire de l'humanité ? Divisé en trois parties bien distinctes, l'ouvrage est parsemé d'illustrations qui rendent sa lecture fort agréable et instructive. 



Jimmy Ridland, le dernier des All Blacks

Ouvrage de Franck Bruyère, paru aux éditions Mon Petit Editeur 

jimmy.jpg

4è de couverture : 
Les commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale sont l'occasion d'ouvrir des dossiers tombés dans l'oubli. Avec Alexander James - dit Jimmy - Ridland, l'auteur s'attache à retracer la carrière de ce rugbyman et son expérience de la guerre. Expérience mortelle puisqu'il est le dernier des All Blacks à tomber lors du conflit dans un combat, la bataille du Quesnoy, rentré dans l'histoire de la nation néo-zélandaise. Après les honneurs des sélections dans l'équipe nationale de rugby des antipodes, Jimmy connaît les rigueurs de l'armée néo-zélandaise où il n'est plus qu'un anonyme parmi les autres. La vie de ce fils d'Écossais raconte un des pans de la première génération des Néo-Zélandais jusque 1918.

Mon avis : Pour le centenaire de la 1re Guerre Mondiale, l'auteur choisit de nous livrer l'Histoire d'une seul homme, passionné de sport, qui voit son destin basculer avec l'entrée en guerre de la Nouvelle-Zélande dans le conflit mondial... Un récit bouleversant dans une écriture fluide et agréable, qui nous fait vivre un petit bout de la grande guerre, à travers un homme hors du commun. 

 
14-18 Etions-nous bien défendus ? 

Ouvrage de Jean-Claude Flament, paru aux éditions Société des écrivains 

14_18.jpg

4è de couverture : 
À l'heure du coup d'envoi de nombreuses manifestations officielles commémorant le centenaire de la Grande Guerre, Jean-Claude Flament, dans son ouvrage extrêmement documenté, apporte un éclairage inédit sur la gestion du conflit aux plus hauts niveaux. Et rétablit la vérité sur de nombreux faits longtemps ignorés, voire étouffés, récusant de nombreuses idées reçues. Il détaille ainsi les tragiques erreurs de commandement de généraux peu soucieux des vies humaines, incompétents, bornés, injustes et plus préoccupés par la politique – l'armée prenant alors le contrôle de la France – que par des décisions militaires justes et efficaces. Nivelle et son engagement meurtrier du Chemin des Dames, Joffre et le massacre de la bataille de la Somme, Pétain et ses « fusillés pour l'exemple » : les actes des généralissimes soulèvent de nombreuses questions. Avaient-ils les compétences nécessaires ? Étaient-ils légitimes à de si hautes fonctions ? Quelles ont été les conséquences sur le plan humain et économique de leurs décisions ? Pour résumer : étions-nous bien défendus ?

Mon avis :  La guerre était-elle inévitable ? A travers ce livre, on ne peut s'empêcher de penser que la 1re Guerre Mondiale est peut être l'oeuvre des intrigues des hommes politiques et grands militaires, ces personnages qui ont envoyé des jeunes hommes innocents se battre mais qui restaient, eux, en arrière.  Combien de vies auraient pu être sauvées si l'Etat Major avait privilégié l'humain plutôt que la renommée de l'Armée Française ? L'auteur nous offre une perspective nouvelle sur la 1re Guerre Mondiale, mettant en avant les injustices et les décisions incompréhensibles, qui ont marqué cette période. 


Bonne lecture smile


Vous êtes ici :   Accueil » Actualité