Enigmes de l'Histoire

L’empoisonnement de Louis de France

En 1262, le prince Philippe, fils aîné de Louis IX, épouse Isabelle d’Aragon, belle et jeune princesse de 15 ans. Celle-ci lui donne  rapidement quatre fils. Philippe et son épouse accompagnent Louis IX lors de la huitième croisade, début 1270. Le roi meurt le 25 aout 1270, à Tunis, victime de la dysenterie. Sur le chemin du retour, alors que le nouveau roi Philippe III traverse l’Italie, Isabelle, qui est à enceinte de six mois, tombe de cheval en traversant un gué. La reine meurt le 28 janvier 1271, en accouchant prématurément d’un fils qui ne vivra pas.

En 1274, Philippe III se remarie avec la jeune Marie de Brabant, alors âgée de 14 ans. La nouvelle reine est belle, intelligente et cultivée. Amoureux de son épouse, le roi se laisse facilement influencer par cette dernière. Pierre de la Brosse, chambellan et premier ministre de Philippe III, prend ombrage du crédit et du pouvoir de Marie. Une guerre privée s’ouvre alors entre la reine, qui n’aime guère Pierre de la Brosse, et ce dernier. La puissance du chambellan irrite également de nombreuses personnes, qui prennent le parti de Marie de Brabant. 

Mariage de Philippe III et de Marie de Brabant (Manuscrit des Chroniques de France, XIVe siècle)

Un soir  de printemps  1276, l’héritier du trône Louis de France – fils aîné de Philippe III et d’Isabelle d’Aragon – meurt après avoir bu un verre d’eau, empoisonné. Le chambellan de Phillipe III fait alors savoir au roi que c’est Marie de Brabant  – sur le point accoucher de son premier enfant – qui est l’auteur de ce meurtre car elle a l’intention de mettre son propre fils  sur le trône de France. La reine repousse ces accusations et affirme que Pierre de la Brosse a assassiné le prince pour la perdre, en la faisant  passer pour coupable aux yeux du roi. En mai, Marie de Brabant met au monde un fils, le comte d’Evreux, qui est prénommé Louis en mémoire du défunt prince.  

Indécis et ne sachant qui croire, Philippe III fait appel à une béguine-prophète, originaire du Brabant, qui affirme que le roi ne doit  “rien croire de ce que l’on voulait insinuer contre sa femme ; qu’elle était bonne et fidèle, et qu’elle l’aimait de tout son cœur, lui et les siens”. Cela suffit à convaincre le roi de l’innocence de la reine. Celle-ci demande alors l’exécution de celui qui l’a accusée de la mort du prince Louis et qui, selon elle,est responsable de ce meurtre. Ainsi, Pierre de la Brosse est pendu le 30 juin 1278 sans preuve de culpabilité, sur simple parole d’une prophète et sur le souhait de la reine.  Mais très vite, le peuple murmure que le roi a fait pendre un innocent.

Estampe représentant Louis de France (1264-1276)
Estampe représentant Louis de France (1264-1276)

Certains avancent que c’est bien Marie de Brabant qui a fait tuer Louis de France. Avant la disparition de son fils aîné, Philippe III a d’ailleurs perdu un autre de ses enfants, le jeune Robert, mort peu de temps avant Louis. Doit-on y voir l’oeuvre de la nouvelle reine ? Il reste pourtant au roi deux fils nés de son union avec Isabelle d’Aragon, et l’un d’eux ceindra la couronne de France après son père sous le nom de Philippe IV, alors que le fils de Marie de Brabant, Louis d’Evreux, restera un personnage discret, dans l’ombre de ses demi-frères. Si la reine voulait que son fils devienne roi, n’aurait-elle pas fait assassiner les autres fils d’Isabelle ? Y aurait-elle renoncé après l’exécution du chambellan qui vient de secouer la cour ? Si Marie de Brabant est innocente, pourquoi donc Pierre de la Brosse aurait-il fait assassiner le prince Louis ? Quel avantage tirait-il vraiment de cette mort ? A moins que, comme l’a affirmé Marie de Brabant, il ait fait empoisonner l’héritier du trône pour accuser ensuite la reine de cet assassinat, et ainsi la perdre définitivement aux yeux du roi ?

Ce qui est aujourd’hui certain, c’est que le jeune Louis de France (1264-1276) a bien était empoisonné, après avoir bu “un verre d’eau”. Mais qui est à l’origine de ce meurtre ? Depuis plus de sept ans ans, le mystère reste entier et, si cela se trouve, ce n’est ni la reine, ni le chambellan de Philippe III…

Leave a Reply