Histoire des Reines

Isabelle de Hainaut faillit être répudiée à 14 ans

Le 28 avril 1180, le roi de France Philippe II – dit Philippe Auguste – prend pour épouse la jeune Isabelle de Hainaut, fille du comte du Hainaut, Baudouin V, et de Marguerite de Lorraine, comtesse de Flandres. Isabelle est sacrée reine de France à Paris le 29 mai. Elle apporte en dot le Vermandois, le Valois, l’Amiénois et l’Artois. C’est sur l’instigation de son parrain, le comte de Flandres, que le roi a décidé d’épouser la jeune princesse qui amène à la couronne des terres importantes.

Le mariage de Philippe II et d'Isabelle de Hainaut (les Chroniques de Hainaut)
Le mariage de Philippe II et d’Isabelle de Hainaut (les Chroniques de Hainaut)

En 1184, Isabelle a tout juste 14 ans et Philippe II décide de la répudier. Le roi doit en effet faire face à une coalition de vassaux parmi lesquels se trouvent le comte de Flandres et le comte de Hainaut, parents d’Isabelle. Furieux que son épouse n’ait pas su rallier les siens à sa cause, Philippe II prétexte un lien de parenté avec la reine et, surtout, sa stérilité pour la répudier. Cependant, Isabelle n’a que 14 ans et n’en comptait que 10 lors de son union avec Philippe II. Peut-on parler de stérilité à cet âge quand on sait que, durant les quatre années de mariage qui viennent de s’écouler, le roi n’a pas porté un vif intérêt à son épouse ? Ainsi, un matin de mars 1184, les habitants de Senlis voient la petite reine en tenue de pécheresse, chemise blanche, un cierge à la main, marcher dans les rues de la ville, comme pour faire pénitence. C’est le jour où elle doit être répudiée et Isabelle prie dieu d’avoir pitié d’elle. Le peuple est ému de la voir misérablement vêtue et intervient en sa faveur auprès de Philippe II pour qu’il la garde à ses côtés. Devant la demande de son peuple, mais aussi celle du Pape, le roi s’incline.

6522223.jpg
La reine Isabelle de Hainaut

Le traité de Boves, signé en 1185, met fin au conflit entre le roi et les seigneurs. Philippe II, qui s’est toujours montré froid et distant envers son épouse, revient vers elle après cette réconciliation. Le 5 septembre 1187, Isabelle met au monde un fils prénommé Louis (futur Louis VIII). Philippe II, que la naissance d’un héritier a empli de joie, exige que l’on rende un immense hommage à la reine qu’il se met à apprécier. La naissance de ce fils n’est pas sa seule victoire puisque, sur le plan militaire, le roi est en train d’écraser la puissance des Plantagenets (les rois d’Angleterre). Philippe II souhaite qu’Isabelle soit “la plus grande et la plus honorée des reines de France”. Hélas, le 15 mars 1190, la reine Isabelle meurt, dans sa vingtième année,  après la naissance de jumeaux qui ne vivront pas. Le roi, qui se préparait à partir en croisade aux côtés de Richard Cœur de Lion, prend le temps de faire à Isabelle d’importantes funérailles en la cathédrale Notre-Dame.