Les enfants royaux

09. Philippe, duc d’Anjou, fils de Louis XV

Le 30 août 1730, Marie Leszczynska  donne à Louis XV un second fils, titré duc d’Anjou : en effet, il est d’usage, chez les Bourbon,  que le second fils du roi porte ce titre. Le monarque, comblé par cette naissance qui renforce l’avenir de la dynastie, “riait de tout son cœur”. Si le Dauphin doit régner sur la France, Louis XV envisage pour ce fils cadet le trône de Pologne, roi Stanislas Ier  –  père de Marie Leszczynska –  n’ayant pas eu de fils. Hélas, au mois d’avril 1733, quelques semaines après la mort de sa sœur Madame Troisième, le duc d’Anjou tombe malade à son tour. Pour éviter la contagion à ses sœurs, ainsi qu’à son frère aîné, on installe le prince au rez-de-chaussée du château, en dessous des appartements de sa mère.

portrait posthume du duc d'Anjou sur tabatière ( attribué à Nattier)
portrait posthume du duc d’Anjou sur tabatière ( attribué à Nattier)

Dans la nuit du 7 avril, la reine se lève pour prendre des nouvelles de son fils. Lorsqu’elle demande “Comment se porte le duc d’Anjou ? “, on lui répond  “il est mort“. Marie Leszczynska manque de s’évanouir à l’annonce brutale du décès de son fils. C’est un drame pour le couple royal car l’enfant n’a été qu’ondoyé à la naissance et n’a pas reçu le baptême. Le petit prince aurait dû porter le prénom de Philippe. Un contemporain écrit alors que “la mort de M. le duc d’Anjou ne peut être réparée que par la naissance d’un mâle“. Mais la reine, qui mettra au monde encore quatre princesses, n’aura pas d’autre fils.

Partager sur :

FacebookTwitterGoogleEmail this pagePrint this page


Publicités