Les enfants royaux

02.Nicolas, duc d’Orléans, fils d’Henri IV

Le 13 avril 1607, Marie de Médicis accouche d’un second fils titré duc d’Orléans. La veille, avant d’aller se coucher, le jeune dauphin Louis (futur Louis XIII), qui n’a pas 6 ans, avait déclaré que “si la reine lui faisait un petit frère, il ferait tirer son canon” ! Le dauphin adorera son petit frère, qui ne jouit malheureusement pas d’une bonne santé. Henri IV, qui aime follement ses enfants, prendra l’habitude de jouer au destrier et de porter sur son dos le dauphin et le petit duc d’Orléans, jusqu’à sa mort en 1610.

Le duc d'Orléans (gravure par Daniel Dumonstier)
Le duc d’Orléans (gravure par Daniel Dumonstier)

Le 15 novembre 1611, Louis XIII apprend que son frère est victime d’une maladie probablement mortelle. Il faut dire que l’enfant est chétif et  “doué d’une tête énorme sur un corps de squelette”. En raison de sa mauvaise constitution, le petit duc d’Orléans est constamment souffrant. Le petit roi demande à tout son entourage ce qu’il peut faire pour sauver le jeune prince. On lui conseille simplement de prier pour l’âme de son petit frère. Le duc d’Orléans s’éteint le 17 novembre à l’âge de 4 ans, d’une crise d’épilepsie. Le roi Louis XIII montre beaucoup de chagrin en apprenant la disparition de son jeune frère à l’inverse de sa mère, la reine Marie n’ayant jamais eu la fibre maternelle. A la disparition du jeune prince, le titre de duc d’Orléans passe au frère cadet de Louis XIII, Gaston de Bourbon, jusque là duc d’Anjou.

La famille d'Henri IV (le duc d'Orléans est dans le berceau) attribué à Frans Pourbus le Jeune
La famille d’Henri IV (le duc d’Orléans est dans le berceau), attribué à Frans Pourbus le Jeune

A la naissance, le duc d’Orléans avait été ondoyé mais n’a pas été baptisé avant de mourir. Il n’a donc pas reçu de prénom, ce que confirme Louise Bourgeois, sage-femme de la reine Marie de Médicis. Toutefois, certains historiens ont donné au petit duc d’Orléans le prénom de Nicolas, prénom qui lui est attribué depuis le XVIIIe siècle, né de la confusion avec “N” (“Nemo”, qui veut dire “non nommé” en latin) qui figure sur les acte évoquant l’enfant. 

Partager sur :

FacebookTwitterGoogleEmail this pagePrint this page


Publicités