Histoire des Rois

Louis XIV épouse Mme de Maintenon

Après la mort de la reine Marie-Thérèse en juillet 1683 et la mise à l’écart définitive de Mme de Montespan, Louis XIV désire aller plus loin dans sa relation avec la marquise de Maintenon. Celle-ci lui a probablement cédé en 1674 mais elle tient alors à lui faire quitter sa maîtresse du moment, Françoise-Athénaïs de Montespan (le roi commet avec celle-ci un double adultère) et l’encourage à se rapprocher de la reine. De 1681 jusqu’à la mort de Marie-Thérèse, le roi n’affiche plus de favorite et se montre prévenant envers son épouse. Françoise de Maintenon, qui a favorisé ce rapprochement, passe pour être la confidente de Louis XIV et l’amie de la reine. Après la disparition de Marie-Thérèse, le roi est tenté d’afficher Mme de Maintenon comme sa nouvelle favorite. Seulement, la marquise ne tient  pas à n’être qu’une maîtresse royale et refuse d’avoir le “titre” contre lequel elle a lutté durant tant d’années. Françoise ne veut pas vivre dans le péché, rappelant au souverain qu’il doit maintenant penser à son Salut. Le Père La Chaise, confesseur du roi, propose alors au monarque de contracter une nouvelle union qui lui donnerait à la fois le repos de l’âme et la liberté d’épouser qui il souhaite. A la marquise de Maintenon, La Chaise annonce que ce moyen pourrait sauver de l’enfer l’âme du souverain et qu’elle se doit de remettre dans le droit chemin Louis XIV. Seul point noir : Françoise n’est pas de haute naissance et est la veuve du poète Paul Scarron. Seul un mariage morganatique est a envisager : l’union restera secrète et Françoise ne pourra prétendre au statut de reine. Peu de personnes sont mises dans la confidence : le duc du Maine et Bossuet sont favorables à Mme de Maintenon et approuvent ce mariage. 

Louis XIV, attribué à Jean Nocret, vers 1680)
Louis XIV, attribué à Jean Nocret (vers 1680)

Le roi trouve néanmoins des réticences chez Fénelon et Louvois, qui considèrent cette union comme un déshonneur pour leur souverain. A ceux-là s’ajoute le dauphin, prévenu de l’affaire on ne sait comment, mais qui s’oppose au remariage de son père avec une femme qu’il méprise. Afin de convaincre Monseigneur le dauphin, un envoyé de Versailles vient le trouver à Meudon pour lui dire qu’en échange de son consentement à l’union du roi avec Mme de Maintenon, la fille que lui a donnée sa maîtresse, Mlle de La Force, sera légitimée. Le dauphin se montre choqué et scandalisé devant un tel marché et le refuse.

Aujourd’hui, on peut avancer que le souverain épousa sans doute la marquise dans la nuit du 9 au 10 octobre 1683. Ils furent unis par Monseigneur Harlay de Champvallon, assisté par le Père La Chaise, avec pour témoins Alexandre Bontemps, premier valet de chambre du roi, et le marquis de Montchevreuil, gouverneur du duc du Maine. Durant les premiers mois qui suivent le mariage secret, rien ne change à Versailles et personne ne soupçonne que le roi s’est remarié. On remarque cependant que les habitudes vis-à-vis de Mme de Maintenon changent progressivement : désormais, elle se promène seule à Marly avec le roi et ne se lève plus lorsque les princes et princesses entrent dans la pièce où elle se trouve. En 1686, Louis XIV lui octroie un appartement vis-à-vis du sien et vient travailler chez elle avec ses ministres. De ce fait, il se murmure à Versailles que le souverain a sans doute épousé sa favorite entre 1684 et 1686. Une fois que les membres de la cour comprennent la situation, les choses vont encore plus loin : Mme de Maintenon reçoit les princesses du sang uniquement sur audience et Louis XIV prend la décision de  nommer  son épouse “Madame” ou “Votre Solidité” en public. Face à cela, le dauphin évite de se rendre chez la marquise, qu’il n’aime guère. Quant à Fénelon, qui s’était montré réticent au remariage du roi, il ne tarde pas à tomber en disgrâce. 

Le mariage de Louis XIV et de Mme de Maintenon (gravure de Jean Michel Moreau, XVIIIe siècle)
Le mariage de Louis XIV et de Mme de Maintenon (gravure de Jean Michel Moreau, XVIIIe siècle)

De son côté, Louvois doit bientôt faire face à l’impensable, lorsque Louis XIV finit par songer à la possibilité sérieuse de déclarer officiellement son union avec Françoise, et donc, d’en faire la nouvelle reine de France. En apprenant cela, le ministre rappelle à son souverain  la honte et les inconvénients qui découleraient de cette déclaration : le plus grand roi réduit à épouser la veuve Scarron ? Non, le ministre de la guerre préfèrerait mourir plutôt que de voir les cours étrangères et celle de Versailles se moquer de son roi. Se mettant à genoux devant Louis XIV, lui tendant une courte épée, le marquis de Louvois aurait alors demandé au roi de le tuer afin qu’il ne voit pas le déshonneur tomber sur le monarque.  Face à son ministre, Louis XIV accepte finalement de conserver son union secrète. Mme de Maintenon est-elle déçue de ne pas être finalement déclarée reine de France ?  Sans compter qu’elle n’apprécie guère Louvois qui s’était déjà opposé à son union avec le roi.  Le 16 juillet 1691,  sans être atteint d’aucune maladie, François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois, meurt subitement  à Versailles. S’étant senti mal chez Mme de Maintenon, où il travaillait avec le roi, il avait juste eu le temps de regagner son logement de la surintendance avant d’expirer. La soudaineté et la rapidité du décès du Louvois firent de suite penser à un empoisonnement. Saint-Simon assure qu’à l’ouverture du corps, la preuve qu’il avait été empoisonné avait été établie. Louvois a-t-il payé de sa vie son opposition au mariage du roi avec Mme de Maintenon ? 

Mme de Maintenon en “Sainte Françoise Romaine” par Mignard (vers 1694)
Mme de Maintenon en “Sainte Françoise Romaine” par Mignard (vers 1694)

Prenant de plus en plus d’ascendance sur Louis XIV, la marquise allait bientôt faire de Versailles un lieu de dévotion où les comédies et les divertissements se feront de plus en plus rares. Certains  sont persuadés qu’elle joua un rôle en politique, surtout dans la révocation de l’édit de Nantes. La grande question que l’on se pose toujours concerne son amour pour le roi. Elle se plaignait souvent au Père La Chaise du tempérament amoureux de son époux, disant qu’elle supportait de plus en plus mal les preuves d’amour du roi. Si Mme de Maintenon a épousé Louis XIV, c’est sans doute davantage pour le sauver de l’enfer – et pour conforter sa position ? – que par amour.