Actualités,  Historia

L’aventure coloniale française : 1604-1962

En 2017, le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron qualifiait la colonisation française de « crime contre l’humanité ».  Le magazine Historia vous propose un numéro spécial, dans lequel les chercheurs et les historiens reviennent sur ces conquêtes territoriales et humaines, faites à une époque où les mentalités, la manière de percevoir les choses, étaient différentes d’aujourd’hui.

A partir du XVIe siècle, la France, comprenant l’importance d’avoir des colonies en regardant ses voisins  – et parfois adversaires – se lance dans la course, à la conquête de nouveaux territoires, pour la grandeur, pour le prestige du royaume. Elle veut également rattraper son retard sur l’Angleterre, sur l’Espagne, ou encore sur le Portugal, qui ont déjà sous leurs autorités plusieurs terres découvertes.

Avoir des colonies sur d’autres continents est un enjeu politique : richesses de la terre, augmentation des sujets du roi, main-d’œuvre supplémentaire, points stratégiques pour se protéger et/ou attaquer l’ennemi. La colonisation permet également de développer le commerce.

Cette soif de conquête de la part des puissances européennes aboutie à un véritable « partage du monde » où les premiers arrivés sont les premiers servis. Ainsi, l’explorateur français Jacques Cartier explore le Canada, convoité par tous : la « Nouvelle-France » restera un enjeu capital pour la métropole, avant d’être définitivement perdue, au terme de la guerre de Sept Ans et du traité de Paris de 1763.

Au-delà des nouveaux territoires à conquérir, il y a aussi les peuples qui les occupent, à soumettre. Pendant toute la période coloniale, il a été question d’apporter ces peuples « progrès, civilisation et commerce » (comme le rapporte encore des manuels scolaires au début du XXe siècle). Plutôt que d’apprendre des populations du Nouveau Monde (coutumes, modes de vie, croyances…), les colonisateurs se sont présentés – souvent imposés – à elles comme leurs maîtres. Ceux qui se révoltent contre les colons sont châtiés, voire massacrés en masse. Ceux qui se soumettent sont considérés comme inférieurs et très vite, une hiérarchie se  met en place, débouchant sur l’esclavage.

Les européens sont convaincus de leur supériorité et du bien-fondé de leur mission « civilisatrice ». Il faudra les chamboulements des deux Guerres Mondiales pour faire vaciller la stabilité des empires coloniaux. Peu à peu, les pays conquis reprennent leur indépendance, perdue, parfois, depuis plusieurs siècles : la décolonisation s’opère dès les années 1950 mais là encore, la métropole française tentera longtemps de conserver ses colonies. La Guerre d’Algérie  (1954-1962) débouchera sur l’indépendance du territoire, après de lourdes pertes, et fragilisera la position du président Charles de Gaulle, en métropole.

Aujourd’hui, l’histoire de plusieurs pays dans le monde commence avec l’époque coloniale. A travers ce numéro, découvrez les clefs pour mieux comprendre trois siècles de conquêtes, aux quatre coins du globe.

spécial N°49 / septembre-octobre 2019

Partager sur :

FacebookTwitterGoogleEmail this pagePrint this page


Publicités